22 novembre 2017

Parlons Yeux

171114.jpg

Et dès lors sans brutalité
- se jurait le petit poète -
Du bleu de ma plume secrète
A lent tempo d’Éternité,

Je désarmerai l'âpreté
De tout prêcheur qui, faux prophète,
Bouche-claironne à casse-tête
Le tocsin de sa vérité.

J'irai cueillir la transparence
En un Au-delà de Silence
Et, pour ensoleiller nos yeux,

J'inventerai des mots Lumière
Qui diront la langue des Cieux
Au clair d'un regard en prière.

Marie-Claude Pellerin

 

Et ainsi de mon cœur jailliront les notes pour aujourd'hui,
chantant mon bonheur de célébrer la vie...
En ce jour de la Sainte Cécile, bonne fête à tous les musiciens...
à ceux qui la composent, qui la jouent, qui la chantent et qui l'écoutent.
Que les notes de notre vie ainsi composées chantent toujours l'Amour... !

A+

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Publié dans Poésie | Commentaires (3) |  Facebook | |  Imprimer | |

04 février 2017

Le chant du réfugié

1701312.jpg

Je suis parti le feu dans le dos, l’espoir devant moi,
Le cœur meurtri, les yeux enfumés.
Je suis parti les mains déchirées, les pieds dans la boue.

Je suis parti le feu dans le dos, l’espoir devant moi,
La rage dans la tête, le tonnerre dans les oreilles.
Je suis parti la peur dans le ventre, mes frères dans la peau,
La fièvre dans le sang, l’amertume dans la bouche.

Je suis parti le feu dans le dos, l’espoir devant moi.
Mon corps est parti mais mon âme est restée.
Par les mers et les terres sans arrêt j’ai erré,
Espéré, supplié, pour un jour pouvoir arriver.
J’ai, des femmes et enfants sans cesse abordés,
Des vieillards et parents innocents rencontrés

Je suis parti le feu dans le dos, l’espoir devant moi.
Mon corps est parti, mais mon âme est restée.
J’ai couru, marché, sauté, trébuché,
Pour un jour, la liberté pouvoir retrouver,
Pour un jour, aux miens, le goût de vivre redonner,
Et enfin le sourire et la joie pouvoir retrouver.

Je suis parti le feu dans le dos, l’espoir devant moi.
Mon corps est parti, mais mon âme est restée.
Grâce à Dieu, un matin le bateau accosté,
J’ai enfin la liberté retrouvée,
Et l’espoir revenu, j’ai enfin savouré
Ce bonheur espéré, souhaité, mérité.

Je suis arrivé, mais mon cœur est blessé.
Avec des menaces et menottes j’ai été hébergé.
Dans les murs de la liberté j’ai été enfermé.
Le froid du dehors et la glace dans les cœurs
Ont été les témoins de mes premières heures.

Je suis arrivé, mais mon cœur est blessé.
Tous ces gens me regardent étonnés, agacés.
Dérangeant, cet étrange étranger
Qui a oublié ce qu’est le verbe manger,
Et qui a pendant des mois voyagé.

Je suis arrivé, mais mon cœur est blessé.
Je ne sais plus qui je suis, où je suis; je suis dépassé.
J’écoute, je parle, je ne comprends pas, je pleure.
Papiers, dossiers, lois, fonctionnaires, questionnaires.

Mon Dieu, pourquoi tant de méfiance et de misère?
Un drôle de mélange avec mes enfants, mes sœurs.
Mais où sont ma mère, mon soleil, ma maison?
Pourquoi ces ruines, ces guerres, ces larmes, sans raison?

Je suis arrivé, mais mon cœur est blessé.
Ma tête est mélangée, mes os sont froids, mon sang glacé.
Me suis-je trompé de route ou m’a-t-on trompé?
M’est-il interdit de vivre enfin la paix?
La recherche de la terre promise n’est–elle qu’un mirage
Qui naît au milieu des ravages et carnages ?

Je suis arrivé et mon cœur est pansé.
Je suis arrivé et mon trouble a passé.
Ma vie ne s’arrêtera pas; finies mes souffrances.
Le monde me sourit, la vie recommence, ou commence.

Je suis arrivé, et si ma chair est pansée,
Et que me viennent de plus belles pensées,
Mon cœur est auprès ceux qui sont restés,
Qui se battent pour cette chère mais trop chère liberté.

Comme moi ils partiront remplis de colère
Pour enfin retrouver un être cher, une terre,
Un frère, une mère, ou parfois un cimetière.
Comme moi ils feront ce chemin de souffrances
Pour ne plus vivre tant de maltraitance.
Comme moi ils vivront la peur et la douleur
Pour un rêve de bonheur et de douceur.

Slim Daouzli
« Mon poème, "le chant du réfugié" est dédié à tous ceux qui se battent
pour le droit de vivre et à tous ceux qui défendent ce droit. »

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

 

13 janvier 2017

FLOCONS D’ÉVANGILE

 170112.jpg

Blanc morceaux de cristal que secoue la brise,
Un manteau de neige déposé sur les champs,
Les enfants s’amusent et le froid les grise,
Ils s’emplissent du vent qui essouffle son chant.

Calme tempête venue brouiller l’horizon,
Nos haleines pâles ne vivent qu’un instant ;
Les tourbillons blancs nous amusent à foison.
Quelle joie que la neige ! Ah ! J’aime ce temps.

Sans écraser ceux sur lesquels ils reposent,
Les flocons que le vent tendrement dépose
Forment une communauté fraternelle.

Tous ces êtres de givre et non d’argile
Resplendissent la pureté éternelle.
Voyez, la neige a compris l’Évangile.

Frédéric Lavoie : Revue « Le Messager de St Antoine »
Quebec, Janv-fév. 2008

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Publié dans Poésie | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

26 décembre 2016

Les lumières d'antan

20161223.jpg

Il me souvient des lumières d'antan,
Où Noël venait en scintillant,
Comme une étoile dans mon ciel d'enfant,
Il me souvient des présents élémentaires,
Des petites voitures qui roulaient nos rêves,

Le sourire de mes Parents qui marquaient la trêve,
Celle de mes pressions aux noirceurs scolaires,
Il me souvient de ne croire qu'en Dieu,
Plus au père Noël,
Ce vieux barbu voleur de l'argent de mes parents,

Il me souvient des prières inventées au frais matin,
Pour que la soirée dure une éternité,
Un sempiternel refrain de joies partagées,
Il me souvient d'aimer le monde et ses chagrins,
Déjà cette blessure jamais cicatrisée,

Il me souvient de la messe à minuit,
Quand les lumières parlaient de Tendresse sur Terre,
Il me souvient de toutes les méditations sans réponses,
Il me souvient de mon désir d'entrer au séminaire,
Pour chanter l'Amour toute ma Vie durant,

Il me souvient de mes oncles et mes tantes,
Désormais sous la terre pour se cacher,
Et m'inventer de nouveaux mystères,
Il me souvient ce soir là que jésus parlait,
Dans mon cœur d'enfant où ruisselaient,

Les éclats de sa naissance de nouveau bébé,
Qui viendrait changer le monde et ses plaies,
Et je sentais déjà qu'Il avait besoin de nos bras,
Il me souvient de ce silence intérieur,
Qui faisait naître des mots issus du cœur,

Il me souvient du Paradis dans l'aujourd'hui,
Celui que je vis maintenant au milieu des blessés,
Il me souvient de cette Espérance jamais abandonnée,
Tous les souvenirs construisent le présent,
Et vos souvenirs reflètent ce que vous êtes maintenant,

Vous souvenez-vous de ces journées,
Où l'avenir nous imaginait,
Noël ce n'était pas hier c'est le présent,
Qui renaît chaque instant,
Pour nous faire vivre l'aridité du vent,

Ce souffle qui invente notre vie,
Simplement en le suivant et en l'aimant,
T'en souviens-tu maintenant de cet enfant,
Qui pensait devenir grand,
Et qui n'est qu'une étoile dans le firmament,

Parmi tant d'autres pour créer une société Humaine,
Vraiment...
T'en souviens-tu de tes rêves d'enfant,
Et les vis-tu dans le regard du Temps ?

Bruno LEROY.

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

26 octobre 2016

Clair de Paix.

20161025.jpg


Cette nuit la lune pleure sous ses draps noirs
Obligée de veiller la folie de l'Histoire
Et les bombes écrivent dans nos yeux la démence
Tandis qu'un chérubin dans les cratères danse
Cette nuit un enfant se blottit dans ses rêves
Comptant chaque heure qui sépare la trêve
Du réel. Effrayé, seul dans l'obscurité
Il cherche le rayon de la fraternité
Cette nuit un homme dresse le drapeau blanc
Et jusqu'au firmament l'élève patiemment
Pour immortaliser dans l'esprit, à jamais
Que la nuit fut créée, seulement pour s'aimer.

Auteur inconnu.
Simplement comme cela, en pensée, cette nuit, avec ces hommes, ces femmes, ces enfants qui, quelque part dans le monde, espèrent un temps de répit, de paix.

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Publié dans Poésie | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |