02 janvier 2018

S'asseoir près de soi

171212.jpg


Assieds-toi près de toi
À chaque saison du jour
une lumière nouvelle

Va vers toi-même.
Étonne-toi de toi.
Accueille la polyphonie qui t'habite.
Les couleurs de ta palette
sont plus nombreuses
que tu ne l'imagines.
Réveille les lumières
de ton vitrail intérieur.

As-tu déjà contemplé un vitrail de près?
Vu de l'extérieur,
il paraît un peu gris et triste.
Il faut entrer dans le sanctuaire
ou dans la maison.
Et s'asseoir.

Pas seulement un jour, une fois.
S'asseoir souvent, quelques minutes,
mais à des heures différentes,
quand il fait beau soleil,
quand il fait pluie,
par temps de neige
ou de brouillard.

Quelle vie, un vitrail !
A chaque saison du jour
une lumière nouvelle.

Assieds-toi près de toi,
respire un bon coup,
laisse un peu de souffle t'envahir,
et dis-toi que le premier vitrail,
c'est toi.

Gabriel Ringlet

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

29 décembre 2017

Plus rien à attendre

171221.jpg

 
Sur le plan économique, industriel et financier,
les pauvres n’ont plus rien à attendre de personne.
C’est la raison pour laquelle
il est absolument nécessaire
de faire naître l’espérance.
La compassion, la beauté, la bienveillance
sont autant de mots féminins, comme la Sagesse,
qu’il faut mettre maternellement au monde en nous.

Et si nous nous greffions sur l’espérance,
sur une attente à inventer, à nourrir, à laisser grandir,
à abreuver de toutes les tendresses
que la bienveillance nous inspire...
Si notre vie intérieure était plus grande,
le monde déborderait d’amour.

Mais ce changement ne peut commencer
qu’avec soi-même, et en « soi-m’aime ».
Si l’on pouvait vivre avec soi et s’étonner d’exister,
s’émerveiller d’être, et accepter l’inattendu...

Père André-Marie

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

26 décembre 2017

Donnez !

171222.jpg

« Si vous voulez que la vie vous sourie, apportez-lui d'abord votre bonne humeur. » Spinoza

La vie est à l’image de ce proverbe sur les auberges espagnoles : on y trouve ce qu’on y apporte !

Trop souvent, nous vivons dans l’attente ou l’exigence, au point que nous sommes plus volontiers enclins à demander ce que le monde peut nous apporter plutôt que ce que nous pouvons nous-mêmes apporter au monde.

Il s’agit là d’un défaut de raisonnement qui affecte nos relations humaines jusque dans la sphère la plus privée : nous sommes plus soucieux de ce que l’autre peut nous apporter que ce que nous pouvons apporter à l’autre.

La loi du donner et du prendre hante nos relations quotidiennes : notre vie est faite de l’un et de l’autre. Mais dans quelle proportion. Sommes-nous plus prompts à prendre ou à donner.

La singulière morale de l’histoire, c’est que celui qui reçoit le plus est paradoxalement celui qui donne le plus. La prodigalité du cœur déclenche un cumul de bienfaits de la Providence. En d’autres termes, plus l’on est aimable, plus l’on est aimé. N’est-ce pas d’une redoutable logique ? Donnez – mais surtout sans vous soucier de recevoir – et vous recevrez !

François Garagnon - Pensées revigorantes 
Edts Monte Cristo

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

25 décembre 2017

Noël !

Sans bruit et sans éclats
Quand tout se tait et dort
Il naît l’enfant en toi
Il est là sur la mousse
Il veille entre tes bras
Il soulève le monde
Il espère tout bas
(Jean Lavoué)

Partageons la Bonne Nouvelle ! 
Soyons signes d'Espérance, témoins de son Amour...

171222.jpg

 

Cet enfant de l’amour
Est-ce en nous qu’il va naître
Et germer et grandir
Est-ce bien son secret que nous allons garder
Dans les replis du cœur ?
A quoi bon tous ces signes
Et ces prodiges qui l’accompagnent
Déposés comme icônes à l’entrée de l’étable
Si nous ne sommes pas
A l’ombre du Très-Bas
Le ventre de la nuit
La mangeoire et la paille
Silence qui l’enveloppe
Souffle qui le ranime ?

Jean Lavoué  (L'Enfance des Arbres)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

C'est Noël !

23 décembre 2017

Pauvreté de proximité

171221.jpg

En chaque pays il y a des pauvres.
Il est des continents où la pauvreté
est plus spirituelle que matérielle,
une pauvreté faite de solitude,
de découragement, d'une absence de sens.

Mais j'ai vu aussi, en Europe ou en Amérique,
des gens dans le plus grand dénuement
dormir sur des cartons, des chiffons, dans les rues.
Paris, Londres ou Rome
connaissent cette forme de pauvreté.

Il est si simple de parler ou de se préoccuper
des pauvres qui sont au loin.
Il est plus difficile, et peut-être un plus grand défi,
de prêter attention et de se soucier du pauvre
qui vit à deux pas de chez nous.

Mère Teresa

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Le pas en Avent du jour ►