07 août 2017

Dialogue

170806.jpg

- Il faut essayer de se connaître mutuellement.
Mais qu'est-ce que c'est, connaître un autre ? dit Niels.

- Connaître l'autre c'est avoir saisi le rêve intérieur qu'il fait de lui-même, pas seulement avoir vu qui il se figure être, mais savoir qui il aspire à devenir, dit Marina.

- Mais on parle trop pour voir ces choses invisibles, dit Estelle.

- On ne parle pas trop, on parle mal.
On se parle mal.
Ce que je vais dire est-il vrai, utile et bienveillant ?

Voilà la bonne question, dit Théo.

Alice Ferney - « Les Autres »

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

06 août 2017

Partir

170731.jpg

Tout départ fait d'abord peur,
car l'ordre ancien, familier, doit être rompu.
Et tandis que je le romps,
je ne sais pas encore ce qui va m'advenir.
Cet inconnu suscite en moi
un sentiment d'angoisse.

En même temps, il y a dans le fait de partir,
de se remettre en route, une promesse,
la promesse du neuf,
du jamais vu, du jamais vécu.
Qui ne se remet pas constamment en route,
sa vie se sclérose.
Ce qui ne change pas vieillit
et devient étouffant.
Il y a en nous de nouvelles possibilités de vie,
qui veulent se faire jour.
Mais elles ne le peuvent
que si les schémas anciens sont défaits...

Nous ne cessons d'éprouver cette ambivalence.
Nous ne sommes pas satisfaits
de ce que nous vivons dans l'instant présent,
mais nous avons peur du départ,
de la rupture avec nos habitudes,
d'une révolution intérieure et extérieure.
Pourtant, nous ne connaîtrons la vie
que si nous sommes prêts
à nous remettre sans cesse en route...

Aujourd'hui, l'atmosphère générale
tend plutôt au renoncement résigné,
à l'apitoiement sur soi-même,
à la déprime, à la plainte.
On préfère déplorer
que tout soit tellement difficile
et que, c'est comme ça,
on ne peut rien y faire...

Rompre les barrages intérieurs.
Passer de la fermeture à la disponibilité.
Abandonner les vieilles habitudes
et les avoirs anciens.
Cela nous ouvre la possibilité de partir
vers de nouveaux modes de vie,
vers d'autres phases de notre existence.

Anselm Grün

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

05 août 2017

Je ne crois pas

170731.jpg


Je ne crois pas
au droit du plus fort,
au langage des armes,
à la puissance des puissants.

Je veux croire aux droits des êtres humains,
à la main ouverte, à la puissance des non-violents.

Je ne crois pas à la race ou à la richesse,
aux privilèges, à l’ordre établi.

Je veux croire que le monde entier est ma maison.
Je veux croire que le droit est un, ici et là,
et que je ne suis pas libre
tant qu’un seul être humain est esclave.


Je ne croirai pas
que la guerre et la faim soient inévitables
et la paix inaccessible.

Je veux croire à l’action modeste,
à l’amour aux mains nues
et à la paix sur Terre.

Je ne crois pas
que toute peine soit vaine.
Je ne croirai pas
que le rêve de l’être humain restera un rêve
et que la mort sera la fin.

Mais j’ose croire, toujours et malgré tout,
à l’être humain nouveau.
J’ose croire au rêve de Dieu même :
un ciel nouveau,
une Terre nouvelle
où la justice habitera.

Dom Helder Camara

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

04 août 2017

Douceur de vivre, amour de soi

170731.jpg

L'amour de soi est à l'amour de Dieu ce que le blé en herbe est au blé mûr. Il n'y a pas de rupture de l'un à l'autre, juste un élargissement sans fin, les eaux en crue d'une joie qui, après avoir imprégné le cœur, déborde de toutes parts et recouvre la terre entière.

L'amour de soi naît dans un cœur enfantin. C'est un amour qui coule de source. Il va de l'enfance jusqu'à Dieu. Il va de l'enfance qui est la source, à Dieu qui est l'océan.

Quant à la douceur de vivre, elle est inchangée avec les siècles. Elle est faite du calme d'un entretien, du repos d'un corps, d'une couleur d'un mois d'août.  Elle est faite du pressentiment que l'on vivra toujours, dans l'instant même où l'on vit.

L'amour de soi est le premier tressaillement de Dieu dans la jubilation d'un cœur.
La douceur de vivre est l'avancée d'une vie éternelle dans la vie d'aujourd'hui.

Christian Bobin

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

 

03 août 2017

« Venez à l’écart »

170731.jpg

Les vacances et les congés évoquent le repos. Le repos est évidemment nécessaire, tant pour le corps que pour l’esprit. Il n’est pas pour autant si facile à vraiment trouver et honorer. Nous avons besoin de briser le rythme et de faire autre chose, mais nous pouvons vivre ce temps sur le même mode que le temps du travail, sans forcément modifier nos façons de procéder... 

...L’accélération des rythmes de vie laisse peu de place au repos. Combien de mails exigent une consultation immédiate et une réponse rapide ! On ne supporte plus l’attente et le délai. Même le temps des loisirs, saturé par la multiplication des activités et des déplacements au pas de course, reste investi par la logique de la compétitivité, du rendement et de la performance qui régit le temps du travail. A tout instant et en tout lieu, nous pouvons êtres joignables et il devient difficile de résister à ce flux de communication qui brouille les frontières entre vie professionnelle et vie personnelle. Notre difficulté à nous déconnecter nous maintient sous pression. Cette accélération comporte une dimension omnivore qui consume toutes les énergies. Et c’est cela qui nous fatigue…

Le lieu de travail est aussi quelquefois lieu de tensions, des tensions qui épuisent. Il n’est pas toujours facile de mettre la distance nécessaire pour ne pas se laisser absorber. Nous savons bien que la fatigue est autant due aux conditions de travail qu’au travail lui-même. Et il y a tant d’autres lieux de tensions…

« Venez à l’écart, dans un endroit désert »


Se reposer, c’est d’abord prendre son temps pour trouver le rythme qui nous est propre. Quitter des yeux le temps des horloges et des messageries. Savourer le bonheur d’une journée dont on dispose, ne menant à rien d’autre qu’à soi-même. Retrouver ce rythme intérieur, qui favorise la pacification et l’unification de soi par-delà toutes les tensions et les oscillations qui nous font perdre de l’énergie. Se donner le temps, ce temps gratuit de l’intériorisation, de la réflexion, de la prière. Que ce temps de vacances soit un temps privilégié pour les rencontres familiales et amicales, pour les reprises spirituelles et culturelles.

Le verbe « se reposer » provient étymologiquement de « pause » ou « arrêt de travail ». Il est satisfaisant à de penser qu’il ressemble à se « re-poser », « se poser de nouveau » ou encore « prendre une posture nouvelle ».

L’invitation de Jésus, « Venez à l’écart, dans un endroit désert », exprime l’affectueuse attention de Jésus pour ses disciples au retour de leur mission. Jésus ne donne pas de recette toute faite, mais il nous faut sans doute accepter d’ « aller à l’écart », de mettre un peu de distance avec nos préoccupations… pour retrouver le quotidien avec un regard renouvelé et un cœur pacifié.

Faites une pause, pour vous poser… et vous re-poser !

Bel été à toutes et à tous, et n’oubliez pas ceux qui restent seuls et ceux qui travaillent pour vous assurer de belles vacances !

Édito de Mgr Yves Boivineau,
Catholique 74 - juillet
Diocèse d'Annecy

Évasion et découvertes... cliquez ICI ►

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►