27 novembre 2017

Seigneur, pourquoi ?

171126.jpg

« Seigneur, pourquoi m’avez vous dit d’aimer tous mes frères, les hommes ? J’ai essayé, mais vers vous, je reviens, effrayé…

Seigneur, j’étais si tranquille chez moi, je m’étais organisé, je m’étais installé. Seul, j’étais d’accord avec moi même, à l’abri du vent, de la pluie ...

Mais vous m’avez forcé à entrouvrir la porte. Comme une rafale de pluie en pleine face, le cri des hommes m’a réveillé.

Alors, j’ai laissé une porte entrouverte, imprudent que j’étais.

Dehors, les hommes me guettaient. Ils étaient nombreux. Ils m’ont envahi sans crier gare, il a fallu faire de la place chez moi.

Seigneur, ils me font mal, ils sont envahissants, je ne peux plus rien faire. Plus ils poussent la porte et plus la porte s’ouvre. Ah Seigneur, il n’y a plus de place pour moi chez moi ! »

«Ne crains rien » dit Dieu, «Tu as tout gagné. Car, tandis que ces hommes entraient chez toi, moi, ton Père, moi, ton Dieu, je me suis glissé parmi eux.»

Michel QUOIST

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

 

24 novembre 2017

Repères

171122.jpg


Il existe quelques repères qui peuvent nous servir d’index pour savoir si le chemin qu’on a pris est bien le bon.

Au moins trois angles d’attaque s’ouvrent ici:
-  La confiance augmente-t-elle?
-  Qu’en est-il de notre capacité d’émerveillement?
-  La gratitude est-elle bien réelle?

Si je ne trouve pas la moindre gratitude dans mon cœur, que la source de l’étonnement soit à sec ou que la confiance s’essouffle, il est grand temps de s’arrêter radicalement et de se demander quel est ce chemin qu’on est en train de parcourir.

Gratitude, émerveillement et confiance: trois signes d’une vie spirituelle en bonne santé. En général, ils opèrent de concert. Savoir rendre grâces, c’est aussi avoir confiance et se montrer capable de s’étonner sans cesse. 

Benoît Standaert, moine 

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

 

23 novembre 2017

Comme des perles

171121.jpg

A Paul, à Franz ...
et à toutes les personnes qui par leur présence allument des étoiles d'espérance...


La première année de mon service d’aumônier de prison, Serge, un jeune détenu, m’a confié un petit poème qu’il avait griffonné la nuit dans sa cellule :  

« Ici, nous sommes comme les perles des huîtres ; nous sortirons de nos coquilles le jour où l’on viendra nous arracher de nos écrins. Si le monde ne s’était pas mis d’accord pour dire que la perle valait la peine d’être pêchée, elle serait toujours au fond des mers… Nous sommes pareils à ces perles, nous valons la peine d’être sauvés, de vivre une autre vie…  Mais y aura-t-il des pêcheurs ? »

Il est vrai que le pêcheur de perle doit être rudement entraîné pour descendre, en apnée, remuer la boue du fond obscur des océans avant de connaître la joie de remonter la perle éclatante de lumière.

Il est tout aussi vrai que la quête des ressources humaines merveilleuses, dans la vie de la prison, demande parfois de prolonger un fameux effort dans une atmosphère irrespirable. Violence absurde, logique de la drogue, infantilisation, déresponsabilisation, froideur arbitraire, victimisation, autant de noms à donner à cette boue des profondeurs du carcéral à remuer quotidiennement !

De même que je suis convaincu de l’éclat de la perle arrachée au fond des mers, je connais la passion lumineuse qui peut me saisir, lorsque j’ai le privilège d’accompagner une personne détenue et sa famille dans leur lutte pour s’arracher aux forces du rejet, pour remonter à la surface, en nous surprenant par l’audace d’un nouveau recommencement.


Philippe Landen  - Aumônier de prison
Extrait de « Résister en prison » 

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

19 novembre 2017

Une seule chandelle suffit

171116.jpg

« L’obscurité ne doit jamais être une raison de ne pas croire à la lumière. »
Père Auguste Valensin

Jamais l’espérance ne saura avancer sans entraîner avec elle la crainte. Mais jamais la crainte, aussi obscure soit-elle, ne saurait dérober tout à fait la clarté de l’espérance.

Nous avons donc autant de raison d’exprimer la réjouissance que l’affliction.

Par rapport au mal, nous disposons d’une alternative assez semblable : soit considérer que les forces du mal sont assez puissantes pour entraîner le monde vers le chaos, soit considérer que la lumière du bien, même s’il ne s’agit que de la faible lueur d’une chandelle, suffit à percer les ténèbres les plus profondes.

Que le mal existe ne doit pas accaparer notre esprit au point de nous faire désespérer de toute issue heureuse.

Pour l’homme qu’anime une foi fervente et une ardeur inlassable, nous disposerons toujours d’assez de lumière pour faire refluer les ténèbres.

Une seule chandelle suffit.

François Garagnon  Edts Monte-Cristo

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

 

15 novembre 2017

Prier chaque jour

171114.jpg

Il faut prier chaque jour. Je dis bien : chaque jour. Vous me demandez pourquoi chaque jour ? Parce que c'est ainsi que l'homme est fait. Nous sommes des êtres pétris du sol de notre terre.

Nous sommes solidaires de cette terre et des êtres vivants qui nous entourent. Il y a des jours et des nuits, des soirs et des matins, comme le dit le premier chapitre de la Genèse.

Notre vie se déroule dans le temps. Notre liberté est la liberté d'un être de chair et de sang qui doit vivre dès à présent dans l'éternité de Dieu, mais au jour le jour.

Quand on veut ainsi remettre à Dieu sa vie, il faut la lui remettre chaque jour. Vous connaissez bien la demande du Notre Père : "Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour." Quelles qu'en soient la traduction et l'interprétation, elle porte sur "l'aujourd'hui".

Prendre sa vie pour l'offrir à Dieu, c'est accepter chacun des jours comme un don que Dieu fait et le lui rendre, dans une prière d'action de grâce, de bénédiction, de demande, de supplication.

Prier dans le secret. Je dirai plus : prier au moins matin et soir.

Je vais m'endormir et me livrer à la nuit. Par l'abandon au sommeil, je me dispose au repos dont mon corps, mon esprit, mon psychisme ont besoin, le repos qui va refaire mes forces.

L'Église met sur nos lèvres la prière du Christ qui, sur la croix, avant de mourir, prononce (Lc 23, 46) cette phrase du psaume 30, 6 : "Entre tes mains, Seigneur, je remets mon esprit." Nous sommes donc associés à l'abandon du Christ entre les mains de son Père, non seulement à l'heure de notre mort, mais chaque soir, dans cette remise de nous-mêmes à la souveraine liberté de Dieu.

Ainsi, l'endormissement devient un acte de confiance en la bonté de Dieu ; il nous dénoue des tensions de la journée, des duretés de la vie. Prier le soir, c'est s'endormir avec le Christ ; c'est, avec le Christ, s'abandonner entre les mains de Dieu.

La prière du matin. Quand je me réveille, au lieu de sortir péniblement du sommeil en secouant ma fatigue comme une bête et en me dépêchant pour ne pas être en retard, avant les premières occupations, prendre un moment, si court soit-il, pour magnifier le jour qui vient, ce réveil qui m'est donné comme un événement de la création et du monde et de notre vie, comme un instant où je peux à neuf recevoir l'existence jaillissant gratuitement de la main de Dieu, comme une résurrection, un surgissement avec le Christ.

Chaque jour de notre vie est un événement ! Un événement qu'il faut prendre comme un cadeau que Dieu nous fait, comme un espace où nous sera donnée la liberté de l'aimer et d'aimer nos frères ; de l'adorer et de faire connaître sa splendeur aux hommes créés à sa ressemblance et à l'image de son Fils bien-aimé ; de vivre et d'accomplir notre tâche d'homme et de femme, la mission que Dieu nous confie, lui qui nous fait exister et qui nous donne la vie. Chaque jour doit être reçu comme le présent qui nous est fait en cet instant par Dieu, notre Créateur et Père.

Chrétiens, par la grâce qui nous est donnée, nous pouvons de tout le jour - et non seulement "sept fois par jour" - faire la matière d'une offrande et d'une louange adressées à Dieu notre Père.

Cardinal Lustiger

 
Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►