29 juillet 2014

Le possible et le déraisonnable

9.jpg

Vis le possible et le déraisonnable 
comme si l’orage devait te surprendre dans le déclin du jour. 
Il y a des éclats d’arbre sur ta page.
Les mots ne finissent jamais 
même après la sentence de la foudre. 
Tu étais un chêne. Tu es un humain. 
N’oublie jamais l’essence végétale de ton être. 
Puisses-tu vivre en paix et reposer ton âme 
même au creux des foules majuscules. 
Il y a tout au centre de toi un basculement infime. 
Vers la douceur de vivre. Après la pluie.
 
© Patrick Chemin
Le 5 octobre 2012
 

Publié dans Poésie | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

23 juillet 2014

SI TU NE TROUVES PAS LE BONHEUR.

9.jpg

Si tu ne trouves pas le bonheur
C’est peut-être que tu le cherches ailleurs
Ailleurs que dans tes souliers…
Ailleurs que dans ton foyer
 
Selon toi, les autres sont plus heureux
Mais toi tu ne vis pas chez eux…
Tu oublies que chacun a ses tracas
Tu n’aimeras sûrement pas mieux son cas
 
Comment peux-tu aimer la vie
Si ton coeur est plein d’envie ?
Si tu ne t’aimes pas
Si tu ne t’acceptes pas ?
Le plus grand obstacle au bonheur, sans doute
C’est de rêver d’un bonheur trop grand
Sachons cueillir le bonheur au compte-gouttes
Ce sont les petites gouttes qui font les océans
 
Ne cherchons pas le bonheur dans nos souvenirs ;
Ne le cherchons pas non plus dans l’avenir
Cherchons le bonheur dans le présent
C’est là et là seulement qu’il nous attend
 
Le bonheur ce n'est pas un objet
Que l’on peut trouver quelque part hors de nous
Le bonheur, ce n’est qu’un projet
Qui part de nous et se réalise en nous
 
Il n’existe pas de marchands de bonheur…
Il n’existe pas de machines à bonheur…
Il existe des gens qui croient au bonheur
Ce sont des gens qui font eux-mêmes leur bonheur
 
Si dans votre miroir votre figure vous déplaît
À quoi ça sert de briser le miroir… ?
Ce n’est pas lui qu’il faut casser !
C’est vous qu’il faut changer.
 
Bruno LEROY.
 

19 juillet 2014

Des virgules

Sans titre44444.jpg

Nous sommes des virgules d’ambre. 
Nous sommes des fragrances.
Nous sommes des virgules. Minuscules. 
Un peu d’éternité dans le sablier.
Nous pénétrons la vie par des naissances plurielles
comme les dieux anciens des arbres et des pierres.
Nous nous donnons la vie par un baiser. 
Un peu de souffle entre des lèvres aimées.
Nous portons les mots de l’obscurité et du doute
sur la terre ocre et salée. 
Vers un poème qui touchera le coeur des hommes. 
Vers un poème qui tombera du ciel 
comme le givre des étoiles et la fureur des étés. 
Nous sommes des virgules sensuelles et pérennes.
Nous sommes un baiser de laine.
Dans la douceur et la patience. 
Et l’humilité des roses. 
Nous sommes des virgules minuscules.
Des pèlerins d’argile sous le grand ciel.
Et sur le sable nous laissons dans les mots 
La trace du silence et le partage de la voix.

© Patrick Chemin (2013)
Extrait de "Les écrits dans l'Arbre"
© Photo Cok Friess
 
Voir la vidéo du jour 
 

Publié dans Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

08 juillet 2014

Ta lumière est à l'intérieur

66.jpg

Alors j’ai dit à la nuit :
Donne-moi un peu de tes lueurs,
Pour que j’oublie les peurs de l’enfant jadis,
Donne-moi le vertige et l’ascension de la lune
Dans tes étendues marines.
Je pourrai voler à nouveau
et nager jusqu’à la certitude
du jour nouveau qui vient.
Et la nuit m’a dit :
Habite tes songes.
Peuple tes rêves.
Ta lumière est à l’intérieur.

© Patrick Chemin (2013)
Les écrits dans l'Arbre
© Photo Cok Friess
 

Publié dans Poésie | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | |

05 juin 2014

Un enfant

3.jpg

Un enfant
Ça vous décroche un rêve
Ça le porte à ses lèvres
Et ça part en chantant
 
Un enfant
Avec un peu de chance
Ça entend le silence
Et ça pleure des diamants
Et ça rit à n’en savoir que faire
Et ça pleure en nous voyant pleurer
Ça s’endort de l’or sous les paupières
Et ça dort pour mieux nous faire rêver.
 
Un enfant
Ca écoute le merle
Qui dépose ses perles
Sur la portée du vent
 
Un enfant
C’est le dernier poète
D’un monde qui s’entête
A vouloir devenir grand
Et ça demande si les nuages ont des ailes
Et ça s’inquiète d’une neige tombée
Et ça croit que nous sommes fidèles
Et ça se doute qu’il n’y a plus de fées.
 
Mais un enfant
Et nous fuyons l'enfance
Un enfant
Et nous voilà passants
Un enfant
Et nous voilà patience
Un enfant
Et nous voilà passés
 
Jacques Brel
 
Voir la vidéo du jour 

Publié dans Poésie | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | |