11 septembre 2011

Plus que 6 mois pour faire de moi un homme

 

6.jpg

Lors d’une rencontre de la Formation Permanente des Chrétiens à Bruxelles (FPC), le père Guy nous a raconté l’his­toire d’un jeune qui avait croisé sa route (nous l’appelle­rons François). Tombé dans le milieu de la prostitution, ce jeune menait une vie bien différente de la nôtre mais aussi très difficile. Malgré sa marginalité, il avait trouvé une place dans le cœur du père Guy; et le père allait s’enrichir également de cette amitié.

Ils avaient convenu d’un code et lorsqu’une nuit, la son­nerie de la porte retentit trois fois, le père sut que c’était François. Il se leva donc. Tout ébouriffé, encore moitié endormi, et un peu mécontent d’être réveillé en pleine nuit, il ouvrit la porte. Devant lui, François lui lança: “Je sais que je t’emmerde, je sais que je n’ai pas encore fait ce que tu m’as conseillé, mais je ne pouvais pas m’en­dormir sans avoir vu ton regard fraternel se poser sur moi et me rendre visage humain”.

Bouleversé, le père n’ou­blia jamais ces paroles pleines d’amour et de sagesse. Il avait eu raison de ne pas le repousser ou simplement l’ignorer, comme il arrive si souvent de le faire. A ce mo­ment-là, il avait été le pain de François. Et les paroles de celui-ci furent un cadeau pour le père.  Le père ne revit plus François pendant des mois.

Soudain, un jour, il réapparut, excité comme une puce. Que se pas­sait-il? Et de nouveau François lui lança: “Je reviens de chez le médecin, il me reste six mois à vivre et il te reste six mois pour faire de moi quelqu’un de bien”.

Ils se sont mis à l’œuvre immédiatement. Il n’y avait pas de temps à perdre. Durant six mois, le jeune homme s’est donné à fond aux autres: entre les visites des foyers et des homes, entre les courses pour les personnes âgées et les témoi­gnages, François s’est donné sans compter. 

Il vivait enfin, il rayonnait, et ce jusqu’à ses dernières forces.   

Ensuite, la maladie gagnant du terrain, il ralentit la cadence mais il était heureux. Il avait rencontré le Christ avant d’aller Le rejoindre, laissant derrière lui un rayon lumineux dans le cœur de tous ceux qui par lui se sont laissé aimer.

Lysiane
Médiatrice et Reine -03/99  

 

Voir la vidéo du jour

04 septembre 2011

JUS de SALADE

3.jpg

 

On rêve de communauté où chacun, censément, serait le tout de l'autre.
Non pas comme des pommes sur le pommier où chacune est finalement
pour soi et le soleil pour tous.

Ni comme des fruits dans une même corbeille : il y a diversité, mais juxtaposée.

Alors on invente la communauté passée dans la moulinette ou le mixer.
Tout y passe en effet... la peau, les pépins.
Il en sort un jus uniforme, plein de vitamines.
Mais chacun y a perdu de sa personnalité.
C'était, dit-on, le résultat de certains ordres religieux autrefois.

C'est peut-être aujourd'hui l'idéal de telle communauté de base
où l'on ne sait plus très bien reconnaître laïcs, religieuses, gens mariés, célibataires.

Une solution meilleure ? La salade de fruits.
Chacun reste lui-même : poire, pomme, banane, ananas.
Et chacun bénéficie du goût propre de l'autre.
Mais à une condition : accepter évangéliquement
d'être coupé en quatre, dix ou douze morceaux si l'on est un beau gros fruit.

Seuls, les très humbles restent entiers : une cerise, un grain de raisin, une groseille.

Jacques Loew
"Farandoles et Fariboles" Ed. Fayard

 

Voir la vidéo du jour

28 août 2011

Aller à la source de notre engagement ...

2.jpg

Quelle est "l'annonce salésienne" de ma vie ?
Quelle est ma réponse?
Quel oui à Qui ?
Quel oui à quoi ?
Quel oui comment ?

Ce que tu as découvert de plus beau, ce que Dieu t'a fait comprendre,
garde-le dans ton cœur, comme le faisait Marie.
Prends-le avec toi pour la route, pour y penser de temps en temps.
Alors, peu à peu, la Parole de Dieu pourra agir en toi, et elle te fera renaître.
Avec toi aussi, Dieu veut entrer en conversation, en cœur à cœur.
Il te dit: "Ne crains rien. Regarde combien je t'aime.
Partout où tu iras, je serai avec toi".

Il te dit: "Regarde Jésus, mon Fils bien-aimé.
Regarde tout ce qu'il a fait et comment il a offert sa vie pour toi.
Et souviens-toi de ce qu'il a dit: ce sont des paroles qui libèrent".

Si Dieu est "chez lui" dans ton cœur, tu pourras chanter avec Marie:
«Mon âme exalte le Seigneur, et j'exulte de joie en Dieu, mon Sauveur»

Aux nombreux carrefours de la vie,
chaque matin est un départ.

La vocation renaît chaque jour
dans les oui que l’on dit … avec Amour.

S’engager, c’est apprendre à aimer …


Bon dimanche et ... bonne réflexion !

A+

 

Voir la vidéo du jour


21 août 2011

Marie, modèle du chrétien au service du Royaume

4.jpg

Il y a deux figures sous lesquelles Marie se présente comme modèle de la spiritualité salésienne: l'immaculée et l'Auxiliatrice. La première recouvre un aspect plus personnel, la seconde un aspect plus social et ecclésial.

Immaculée. Une femme tellement libérée de tout égoïsme - le péché est substantiellement un égoïsme - qu'elle peut vivre en une donation totale, en un «oui» permanent aux appels de Dieu. L'Immaculée ne doit pas être la Vierge du  moralisme adolescent facile, mais l'expression de la disponibilité radicale aux appels du Royaume, aux exigences de l'homme nouveau.

Auxiliatrice. La Vierge, vue comme modèle de «charité pastorale» à l'intérieur d'une Eglise en lutte permanente pour la diffusion du Royaume, la Vierge comme modèle d'engagement actif. 

L'immaculée et l'Auxiliatrice sont, sous d'autres termes, la Vierge de la libération, en prenant ce mot dans toute son ampleur, historique et transcendante, dans son réalisme pédagogique, dans son espérance active.

C'est pourquoi il faut voir Marie au-delà de toute conception plus ou moins infantile, dans sa spiritualité de la responsabilité, en tant que son «oui» est la pleine disponibilité à réaliser sa vocation propre.

Et nous ajoutons qu'il faut la voir dans la spiritualité de la fête, élément essentiel de la spiritualité salésienne.  «Mon âme  magnifie le Seigneur et mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur»: c'est un chant de joie et de fête, précisément parce que c'est un chant de libération :  «Il a renversé les puissants de leurs trônes et élevé les humbles. Il a comblé de biens les affamés et renvoyé les riches les mains vides.»    

 R. Tonnelli - article tiré de la revue pastorale des Vocations  ECHO  n°91 Juin 88

 

Voir la vidéo du jour

 

14 août 2011

Salésien: un style de vie inspiré par Marie

1.jpg


La spiritualité salésienne est une spiritualité qui a une empreinte mariale originale.  Marie est une figure centrale dans l'œuvre éducatrice de Don Bosco.
La récupération de la spiritualité mariale libérée de certaines formes du XVIIIe siècle qui ne sont plus accordées à notre sensibilité, s'appuie sur deux supports:

1. Le mystère de la résurrection, par lequel nous sommes certains que les réalités ultimes travaillent déjà aujourd'hui dans l'histoire. « Marie est ressuscitée et vit avec le Christ Seigneur pour intervenir dans l'histoire du salut.  La dévotion mariale nous met en contact avec une personne vivante et maternellement active dans les engagements de notre mission.» (Don Vigano)

2. Marie est la plus grande contemplative de tous les siècles : sa vie intérieure est typique pour tous.  Elle est aussi la plus simple.  Sans livres, sans élucubrations, sans mécanismes  cérébraux, mais avec la plus fine intuition du cœur, l'intuition liée à une féminité profonde et libre de tout égoïsme.

Il y a un lien intime entre «maternité et évangélisation», entre Marie-Eglise et action apostolique.  Chez Don Bosco, la «piété mariale» se relie profondément avec le «sens de l'Eglise» en une forme d'inséparabilité mutuelle et de croissance commune.  Marie se situe comme la première médiatrice de la rencontre du Christ dans la communauté ecclésiale dont Elle est le signe, le modèle et la mère.

 

voir la vidéo du jour