09 octobre 2011

« Chaque arbre se reconnaît à son fruit »

Sans titre 9.jpg

Dieu commanda en la création aux plantes de porter leurs fruits, chacune « selon son genre » (Gn 1,11) : ainsi commanda-t-il aux chrétiens, qui sont les plantes vivantes de son Église, qu'ils produisent des fruits de dévotion, chacun selon sa qualité et vocation. La dévotion, la vie chrétienne, doit être différemment exercée par le gentilhomme, par l'artisan, par le valet, par le prince, par la veuve, par la fille, par la mariée ; et non seulement cela, mais il faut accommoder la pratique de la dévotion aux forces, aux affaires et aux devoirs de chaque particulier...

Serait-il à propos que l'évêque voulût être solitaire comme les chartreux ? Et si les mariés ne voulaient rien amasser non plus que les capucins, si l'artisan était tout le jour à l'église comme le religieux, et le religieux toujours exposé à toutes sortes de rencontres pour le service du prochain comme l'évêque ? Cela ne serait-il pas ridicule, déréglé et insupportable ?

Cette faute néanmoins arrive bien souvent...

Non, la dévotion ne gâte rien quand elle est vraie ; elle perfectionne tout... « L'abeille, dit Aristote, tire son miel des fleurs sans les abîmer », les laissant entières et fraîches comme elle les a trouvées. La vraie dévotion fait encore mieux, car non seulement elle ne gâte nulle sorte de vocation ni d'affaires, mais au contraire elle les orne et embellit... Le soin de la famille en est rendu paisible, l'amour du mari et de la femme plus sincère, le service du prince plus fidèle, et toutes sortes d'occupations plus suaves et amiables.

C'est non seulement une erreur mais une hérésie, de vouloir bannir la dévotion de la compagnie des soldats, de la boutique des artisans, de la cour des princes, du ménage des gens mariés... Où que nous soyons, nous pouvons et devons aspirer à la vie parfaite.

Saint François de Sales (1567-1622), Introduction à la vie dévote, I, ch. 3

 

Voir la vidéo du jour

 

02 octobre 2011

Viens Seigneur !

 

 

 

5.jpg


« Seigneur, comment ta voix pourrait-elle parvenir jusqu’à nous ?  Notre existence est tellement remplie de soucis et de pressions et de courses auxquelles nous sommes soumis.  Est-ce pour cela, Seigneur, que notre vie, parfois, ressemble à un désert?

C’est pourquoi, Seigneur, nous venons te célébrer et prier : c’est vital pour nous!  C’est pour te préparer un chemin, c’est pour dégager le terrain, c’est pour maintenir une ouverture et respirer, c’est pour permettre à ta voix, au milieu des rumeurs et des peurs et du travail, de se frayer un chemin jusqu’à nous et de résonner dans notre vie.  Car nous le savons bien, Toi seul, ta Parole seule nous rend capables de ne pas nous dessécher!

Viens, Seigneur, nous te faisons de la place!  Viens en nos déserts tellement encombrés!  Viens et nous pourrons vivre. »

Ch. Singer, Terres.

 

Voir la vidéo du jour

« LES JEUNES VOUS ATTENDENT ET ATTENDENT TANT DE CHOSES DE VOUS… »

5.jpg

« L’Eglise, si elle veut rester fidèle à sa mission de sacrement universel de saluts doit apprendre les langages des hommes et des femmes de chaque époque, de chaque ethnie, de chaque lieu. Et nous Salésiens, d'une manière particulière, nous devons apprendre et utiliser le langage des jeunes.

Il n'y a pas de doute que dans l'Eglise d'aujourd'hui, mais aussi à l'intérieur de nos institutions, il existe un sérieux problème de langage.  Au fond, il s'agit d'un problème de communication, d'insertion de l'Evangile dans les réalités sociales et culturelles; d'un problème d'éducation à la foi pour les nouvelles générations.

Voici donc un défi et une tâche pour nous aujourd'hui ; être des éducateurs capables de communiquer avec les jeunes et de leur transmettre le grand trésor de la foi en Jésus Christ. »

 

Pères Chavez – Août 2008

 

Voir la vidéo du jour

25 septembre 2011

Si nous savions écouter Dieu ...

 

 

 

 

 

2.jpg



«Si nous savions écouter Dieu, nous l’entendrions nous parler.  Dieu parle en effet. Il a parlé par son Evangile, Il parle aussi par la vie, ce nouvel évangile dont nous écrivons une page chaque jour. Mais parce que notre foi est trop faible et notre vie trop humaine, rarement nous recevons le message de Dieu…»


« Si nous savions écouter Dieu, si nous savions regarder la vie, toute la vie deviendrait prière.  Car toute la vie se déroule sous le regard de Dieu et rien ne doit être vécu sans lui être librement offert.  Les mots de chaque jour nous servent d’abord de trait d’union avec le ciel…. Ils ne sont qu’un moyen.  Mais la prière silencieuse qui s’évade des mots ne doit jamais se priver de la vie, car la vie de chaque jour est la matière première de la prière. » 

M. Quoist, Prières.

 

Voir la vidéo du jour

 

18 septembre 2011

Sur Saint François de Sales

Roger Schutz, Prieur de Taizé:

4.jpg

 

Pour ma part, je porte une grande vénération au saint témoin du Christ que fut saint François de Sales et, en particulier, un aspect de sa personnalité m'a frappé. Je sais qu'il était un impétueux et un violent.  Mais, par une lente élaboration, Dieu a transfiguré en lui la violence en douceur, en humanité, en charité sereine pour nous. Dans ma vie  personnelle, comme dans la    direction spirituelle qui constitue une part essentielle de mon ministère, je me suis souvent référé à cet aspect qui a marqué la vie de saint François de Sales.

Des profondeurs de la peine des hommes monte aujourd'hui un appel. Dans notre vie quotidienne, et dans notre travail, nous sommes des êtres ordinaires; l'extraordinaire demeure caché. Le monde a besoin d'êtres d'exception par l'attention de leur charité plus que par leurs qualités naturelles. Saint François de Sales demeure alors pour nous le témoin de ce mystère de Dieu en nous: par une patiente élaboration, perceptible ou non, ce qui     demeurait obscur, inquiétant même, est traversé par la transfiguration du Christ. Lui seul atteint ces volontés rebelles qui n'accomplissent pas ce qu'elles aiment, mais un mal qui leur est contraire.

Plutôt que de nous laisser arrêter par les impossibilités et les ombres, en nous-mêmes et en tous, à nous dès lors de considérer chaque homme dans la lumière du Christ.  Avec beaucoup d'autres, je rends donc grâces à Dieu pour ce saint témoin du Christ qu'a été saint François de Sales, lui qui nous entraîne à marcher sur les traces mêmes du Christ..

 

Voir la vidéo du jour