10 juin 2017

J'ai vu un peu...

170609.jpg

J'ai vu un peu de ta lumière
Sur le visage de tous ceux qui essaient d'aimer simplement
Sur le visage de tous ceux qui me redisent la grandeur de l'amitié et du partage
Sur le visage de tous ceux qui me révèlent la richesse des diverses cultures

J'ai vu un peu de ta force
Sur le visage de ceux qui osent prendre la parole après avoir été tant écrasés
Sur le visage de ceux qui se sont libérés de l'esclavage de l'alcool ou de la drogue
Sur le visage de ceux qui se sont relevés après être tombés gravement

J'ai vu un peu de ta clarté
Sur le visage de ceux qui défilent pour dire NON au démantèlement des entreprises
Sur le visage de ceux qui luttent pour le respect de l'Homme et contre l'exploitation de l'étranger
Sur le visage de ceux qui dénoncent l'inacceptable et agissent pour le droit au logement

J'ai vu un peu de ta force
Sur le visage de tous ceux dont l'amour a été brisé et qui cherchent à se reconstruire
Sur le visage de ceux qui, au temps du malheur, se montrent solidaires et fraternels
Sur le visage de ceux qui donnent de leur temps pour les plus petits

J'ai vu un peu de ta lumière
Sur le visage de tous ceux qui vont vers l'étranger pour faire route avec lui
Sur le visage de ceux qui sont au service de leurs frères en toute simplicité
Sur le visage de frères et soeurs fragiles, bâtissant ensemble l'Espérance et l'Amitié

J'ai vu un peu de ta force
Sur le visage des marcheurs découvrant en eux la source qui parle d'aimer
Sur le visage de tous les croyants au Dieu unique se rassemblant pour la paix
Sur le visage de ceux qui, avec frère Roger, disent l'absolu de l'Amour et du pardon

La Mission Ouvrière

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

07 juin 2017

Optimisme volontaire

 1706061.jpg

L’homme peut être pessimiste de nature, et optimiste de volonté.
Bien sûr, il existe l’optimiste béat, du moment présent, fait de bonne santé, de beau temps ou de beau soleil… Mais fugitive est son humeur !

Je préfère l’optimiste volontaire, pas à tous crins, mais conscient, qui dans chaque être, chaque événement, cherche le bon côté, celui qui peut relativiser toutes menaces…  Solide est son humeur !

Il a cette liberté, de l’intérieur, qui le tire des sables mouvants pour envisager l’au-delà du moment présent, sans être aspiré par le rêve de sa situation précaire.  

Il est celui qui espère, et qui sait, par expérience, que même le mal peut être transformé.  

Il est agissant, pour rassembler et pacifier, donner l’harmonie, apporter l’espoir dans ce temps présent comme neuf et nouveau chaque matin, il recommence avec le jour, avec la pesanteur, mais avec toute l’expérience de passé.  

Ni très exubérant, ni nécessairement drôle, il est simple, discret, souriant. Il passe comme un sourire.

C’est si bon, quelqu’un qui sait être heureux !
Crois-tu le devenir ?

D’autres aimeraient tant venir s’y réchauffer !
Ce n’est pas une simple question de tempérament, c’est une action consciente et réfléchie.
Veux-tu le devenir ?

Claude, bénévole (Secours catholique)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

06 juin 2017

Résolutions !

170605.jpg

1. Je m’émerveille de ce que je suis, grâce à Dieu, et de tout ce dont je peux profiter (liberté, santé, argent, mais aussi eau, électricité, abondance alimentaire…) alors que ce pourrait ne pas être le cas et que d’autres en manquent cruellement.  Je l’accepte humblement, simplement, comme un cadeau que je ne mérite pas mais sans culpabilité. Chaque fois que possible, je le partage avec d’autres.

2. Je regarde tout comme un enfant qui s’émerveille devant une simple pierre, une feuille sur le chemin. J’adopte un regard neuf en permanence. Je ne suis pas « blasé ». Je ne trouve pas « normal » ce qui est bon, beau autour de moi. Je le relève et je m’en réjouis.

3. Je me souviens chaque jour avec reconnaissance de tout ce que je dois aux autres, à ceux qui m’ont formé, accompagné, mais aussi à ceux qui ont contribué à la fabrication de cette chaise sur laquelle je m’assois ou de ce papier grâce auquel je peux écrire… Je bénis et je remercie le Seigneur.

4. Je me souviens précisément de toutes les fois où j’ai douté, voire désespéré, à tort, et où je suis reparti, j’ai rebondi. Tout « tunnel » a une sortie ! J’en ai déjà traversé plusieurs. Je me souviens aussi de mes réussites et de mes succès pour m’encourager. J’ai confiance en l’avenir. Je vivrai tout avec Dieu !

5. Je stoppe immédiatement toute pensée négative ou dévalorisante qui me vient à l’esprit et je la remplace aussitôt par une pensée inverse, positive, stimulante.

6. Je me recentre quotidiennement dans mon cœur profond, là où vit en moi l’enfant, mais aussi l’amoureux de Dieu. Cela éclaire toutes mes journées, colore mes relations avec les autres et m’aide à relativiser ce qui est difficile à supporter.

7. Je bénis mon corps, retrouve mes cinq sens et goûte pleinement la vie grâce à eux.

8. Je me fais chaque jour des petits cadeaux pour me rafraîchir, me revitaliser et avoir l’énergie d’accomplir ma mission, ma vocation. Je remercie Dieu pour chacun d’entre eux.

9. Quand je vais mal, j’envoie un petit mot ou je donne un petit coup de téléphone (petit car je ne peux pas davantage) à qui en a plus besoin que moi, pour me laisser traverser par l’Amour de Dieu. J’évite de rester trop longtemps seul, enfermé ou dans un état de passivité.

10. Je donne à Dieu toutes mes pensées, toutes mes actions, tous mes états d’âme quels qu’ils soient, mes « réussites » comme mes « échecs ». JE Lui donne mes « poubelles » comme mes fleurs, ce dont je suis fier comme ce dont j’ai honte. Je trouve pour cela les relais humains nécessaires.

auteur inconnu...

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

05 juin 2017

Hymne à la vie !

170529.jpg

Si pour un instant Dieu m'offrait un morceau de vie,
je profiterais de ce temps le plus possible …

Je suppose que je ne dirais pas tout ce que je pense,
mais je penserais à tout ce que je dis.

Je donnerais une valeur aux choses,
pour ce qu'elles signifient.

Je dormirais peu, je rêverais plus,
je crois que chaque minute passée les yeux fermés
représente soixante secondes en moins de lumière.

Je marcherais quand les autres s'arrêtent,
je me réveillerais quand les autres dorment.

Je donnerais des ailes à un enfant,
mais je le laisserais apprendre à voler seul.
J'enseignerais aux vieux
que la mort ne vient pas avec l'âge mais avec l'oubli.


J'ai appris tant de choses des hommes …

J'ai appris que tout le monde
veut vivre au sommet de la montagne,
sans savoir que le véritable bonheur
c'est dans la manière de l'escalader.

J'ai appris que quand un nouveau-né serre fort de son petit poing,
pour la première fois, la main de son père, il le retient pour toujours.

J'ai appris qu'un homme n'a le droit d'en regarder un autre de haut
que pour l'aider à se lever.


Dis toujours ce que tu sens, fais ce que tu penses.
Il y a toujours un lendemain,
et la vie nous donne une autre occasion de faire bien des choses :
mais si jamais je n'ai plus que ce jour,
j'aimerais dire à tous ceux que j'aime combien je les aime.


Gabriel Garcia Marquez
Lettre d'adieu (extraits)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

04 juin 2017

Pèlerins de l'infini

La PENTECÔTE, le temps du souffle et du feu

Bonne fête et Allez !

170529.jpg


Poussés par les appels de l'Esprit,
Franchissons le seuil de l'invisible,
Repoussons les frontières de l'impossible,
Soyons des pèlerins de l'infini.

Guidés par le murmure de l'Esprit,
Franchissons le seuil du silence,
Descendons dans la crypte intérieure de notre cœur,
Où Dieu se fait brise légère et discrète attirance.

Illuminés par la lumière de l'Esprit,
Franchissons le seuil des apparences,
Découvrons la face cachée des êtres et des choses
Et la délicate brûlure d'une Présence.

Séduits par la caresse de l'Esprit,
Franchissons le seuil du temps,
Pressentons l'Amour qui tisse notre éternité
Dans la trame légère de chacun de nos instants

Habités par la douceur de l'Esprit,
Franchissons le seuil de nos efficacités,
Accueillons avec bonheur les trésors de sa gratuité,
Et le fruit de la secrète activité.

Émerveillés par les largesses de l'Esprit,
Franchissons le seuil de nos intolérances,
Reconnaissons la riche diversité des dons et des sciences
Soyons des pèlerins de l'infini.

Père Michel Hubaut

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Publié dans Général | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |