23 janvier 2018

Entre tes mains

180122.jpg

Il faut choisir: s'ouvrir ou se fermer.

Tous ceux qui sont sans amour t'attendent,
car Dieu n'a d'autre cœur
que le tien pour les aimer.
Car Dieu n'a d'autres mains
que les tiennes pour les soulager,
ni d'autres oreilles pour écouter leur souffrance,
ni d'autres yeux pour voir leur solitude et pour pleurer,
ni d'autres sourires que le tien pour les accueillir.

Et la vie, ce court passage
entre ta naissance et ta mort,
n'aura de sens que si tu aimes.

Il faut choisir, il faut choisir d'aimer !
Tout est '' entre tes mains '' !

Ch. et M. Fontaine

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

 

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

21 janvier 2018

Si tu prends soin de moi

180120.jpg

Si tu espères en moi, même quand je doute,
Si pour m’accompagner, tu modifies ta route,
Si tu comprends sans mot mes peurs et mes soucis,
Si le geste convient et aussi la tendresse,
Si, avec moi, silencieusement, tu pries,

Le soleil de ta présence réchauffera mon corps endolori.
comme le grain de blé tombé en terre
Devient herbe nouvelle au sortir de l’hiver,
Je comprendrais alors, qu’avec moi, tu choisis la vie.

Hubert Renard

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

20 janvier 2018

Le sens des autres

180119.jpg

Le sens des autres, c’est non pas une vertu, mais un composé de mille vertus, humbles ou brillantes.

Le sens des autres, c’est la politesse qui sait écouter et se présenter sous les aspects les plus aimables ; c’est la compréhension qui fait qu’on se met à la place d’autrui, qu’on entre dans sa peau comme disent les gens de théâtre ;
c’est la serviabilité par laquelle on diffère aux besoins et aux désirs du prochain avant même qu’il les ait exprimés ; c’est la libéralité qui paie ses dettes avec le sourire et ne chicane pas sur les détails ; c’est la générosité toujours prompte à donner et à se donner ; c’est la douceur mille fois plus conquérante que la force ; c’est la gentillesse, cette aimable disposition qui consiste à faire plaisir à tous ; c’est la bonté, portée à l’indulgence et au pardon ; c’est enfin le sens social qui mesure les effets de nos actes sur les communautés et les institutions.

Joseph Folliet

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

16 janvier 2018

Aimer c’est quoi ?

1801141.jpg

Aimer, c’est espérer… 

Aimer quelqu’un, c’est lui dire qu’il peut s’en sortir, quelle que soit sa situation, sa souffrance ou son désespoir.

C’est lui dire : « N’aie pas peur de toi et de ton passé, n’aie pas peur de tes blessures, du mal qu’on t’a fait, des conneries que tu as faites, de l’enfance que tu as eue.  Tu es libre, tu peux changer, tu peux reconstruire ta vie. »

Aimer, c’est croire que chaque personne, blessée dans sa mémoire, dans son cœur ou dans son corps, peut faire de sa blessure une source de vie.

Aimer, c’est espérer pour l’autre et lui transmettre le virus de l’espérance. 

Christian,
aumônerie des prisons de Rouen
(Extrait Diaconia 2013)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

 

Une invitation à partager ...

Nice1.jpg

LES DATES : du Jeudi 10 mai au dimanche 13 mai

TÉLÉCHARGER LE FOLDER DE PRÉSENTATION ►

 

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

13 janvier 2018

S'approcher du pauvre

1801122.jpg


Ceux qui s'approchent du pauvre
le font d'abord dans un désir de générosité,
pour l'aider et le secourir ;
ils se prennent pour des sauveurs
et souvent se mettent sur un piédestal.

Mais en touchant le pauvre,
en l'atteignant, en établissant
une relation aimante et confiante avec lui,
le mystère se dévoile.

Au cœur de l'insécurité du pauvre
il y a une présence...
C'est alors qu'ils découvrent
le sacrement du pauvre
et qu'ils touchent au mystère de la compassion.

Le pauvre semble briser
les barrières de la puissance,
de la richesse, de la capacité et de l'orgueil ;
il fait fondre ces carapaces
que le cœur humain met autour de lui
pour se protéger.

Le pauvre révèle Jésus-Christ.
Il fait découvrir à celui qui est venu pour 'l'aider',
sa propre pauvreté et sa propre vulnérabilité ;
il lui fait découvrir aussi sa capacité d'aimer,
les puissances aimantes de son cœur.

Le pauvre a un pouvoir mystérieux :
dans sa faiblesse, il devient capable
de toucher les cœurs endurcis
et de leur révéler les sources d'eau vive
cachées en eux.

C'est la toute petite main de l'enfant
dont on n'a pas peur
et qui se glisse à travers les barreaux
de notre prison d'égoïsme.
Il arrive à ouvrir la serrure. Il libère.
Et Dieu se cache dans l'enfant...

Jean Vanier

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |