09 juillet 2009

Tempérance : un secret

La tempérance est un arbre qui a pour racine

le contentement de peu,

et pour fruits le calme et la paix.

Ferdinand Denis

 


 

PICT0130

 


 

Ecoutez ce que m'écrivait récemment une Coopératrice salésienne, maman de quatre enfants.
 
Il y a quelques mois, j'étais sur le point de succomber à la fatigue et à la nervosité: tant de choses à faire à la maison et en ville, les enfants, mon mari, mes beaux-parents. des amies ... à qui je tiens et qui tiennent à moi.  C'était trop.
 
Alors j'ai pensé à ma vieille maman qui vit encore, seule à 80 km d'ici. Je l'ai toujours tant admirée: elle a élevé sept enfants, sans jamais donner l'impression d'être écrasée par ses tâches; toujours très active, mais jamais découragée, au contraire tranquille et souriante.
 
Je suis allée la trouver : « Maman, dis-moi ton secret. Comment fais-tu pour t'en tirer si merveilleusement.  Moi, je n'en peux plus. Qu'est-ce que je dois supprimer dans mes journées? »
 
Elle m'a regardée avec un fin sourire et m'a dit: « Voilà, Thérèse, c'est très simple. Seulement auras-tu le courage de le faire?
 
Prends 5 minutes chaque jour, au moins 5, si possible de bon matin ou au premier moment libre de la matinée; avec calme, en silence, mets- toi devant toi-même et devant le Seigneur, lis une phrase
d'Evangile ou la pensée du jour sur le feuillet du calendrier: 2 minutes (au moins) pour méditer, 2 minutes (au moins) pour prier de toute ton âme, 1 minute (au moins) pour prévoir les choses principales de ta journée et les jeter dans les mains de Dieu, en t'unissant à l'offrande de la messe qui se célèbre à la paroisse.
 
Cinq minutes: c'est peu ! Mais si tu es fidèle, tu verras qu'elles te feront gagner beaucoup de temps et tu auras la force de remplir toutes tes tâches d'un cœur tranquille et avec efficacité. »
 
Et la Coopératrice ajoutait : Je me suis décidée à suivre le conseil de maman et je vois que ma vie est en train de se transformer.  Je travaille autant qu'avant, mais sans m'énerver.  Je sens la présence de Quelqu'un qui m'accompagne à chaque instant »
 
Pourquoi ne pas profiter, nous aussi,  de ce précieux secret?

 

Père Joseph AUBRY sdb

02 juillet 2009

"travail et tempérance" ... demandez le programme !

Sans titre 1

 

 

Tout bon sportif doit se tenir en forme pour pratiquer son sport.

Pour vivre, il faut être en forme.

Il faut être bien dans sa « peau »,

être bien dans sa tête et dans son corps.

Mais pour cela, la condition physique ne suffit pas.


C'est un ensemble qui doit être en équilibre :

corps et esprit en harmonie.


Cet équilibre n'est pas naturel.

On ne sait pas le décréter.


On l'acquiert en apprenant à se connaître

mais surtout en « le pratiquant »

en se donnant des repères, en se « disciplinant ».


La vocation salésienne dans la pratique de sa mission

demande une grande capacité d'actions et donc de résistance.

Ce constat entraîne la nécessité de pratiquer cet équilibre

afin de pouvoir tenir tant sur le plan physique que spirituel.


Durant nos "vacances", prenons le temps de découvrir ...

nos chemins d'équilibre,

nos parcours d'endurance.

Mais aussi les choix qui nous sont imposés

ainsi que nos sources d'espérance pour habiter le silence qui parfois nous envahit.


Alors, pratiquons et trouvons cet équilibre qui fait vivre :

Travail, Intériorité,Détente.

Voilà le programme !

 

A+

Franz

 

09 juin 2009

Pistes pour prier « à la salésienne» (4) ( suite et fin)

Sans titre 2

 

 


 

2.1. Se préparer à la rencontre


  • M'habiller le cœur et me mettre en route: càd par exemple, en allant vers l'endroit où je vais prier, ne pas oublier que je vais avant tout rencontrer une personne vivante, le Seigneur qui m'attend et me regarde avec un sourire de bonté...
  • Choisir le lieu ou je vais prier, fixer si possible la durée
  • Faire silence pour me rendre présent avec tout mon être (cœur, corps, esprit), comme je suis pour l'instant (fatigué, joyeux, énervé, avec mes qualités et mes limites...) à Dieu qui est là, l'Eternel présent! C'est un acte de foi important, qui nous met en contact avec Lui, et il est souvent important d'y accorder du temps!


2.2. Lui demander Sa lumière


Il est le seul qui puisse me révéler la teneur de ce que j'ai vécu. Je lui demande de voir ma journée, ma semaine, selon son cœur et son regard à lui!  Cela m'aide à me situer sur la bonne longueur d'onde, de me connecter au bon site... celui de la foi en un Dieu Amour, Miséricorde, Dieu de vie, de vérité... Car plonger tout de suite dans ce qui s'est passé, dans ce que j'ai fait, risquerait de me faire faire un simple bilan personnel et non une rencontre avec LUI!


2.3. Commencer par rendre grâce à Dieu ...

Càd, reconnaître ses dons, les nommer pour l'en remercier.


Regarder dans ce que j'ai vécu, ce dont je peux rendre grâce à Dieu et le lui exprimer,

  • Soit en faisant défiler le film de ma journée, de ma semaine dans ma mémoire en y reconnaissant comment Dieu était présent par ses dons.
  • Soit en laissant monter en moi tout ce qui a été motif de joie, de reconnaissance, de paix... et remercier Dieu qui en est la source. Ne pas craindre d'être « simpliste» ou d'avoir des raisons « naïves» de remercier Dieu.
  • Soit en regardant plus particulièrement un aspect, un moment, une situation vécue: tout ce qui m'y parle de Dieu et de son amour, de l'Evangile, du Royaume en devenir... et peut-être y verrai-je des comparaisons avec ce qu'a vécu Jésus ou le peuple de Dieu: des remises debout, des réconciliations, des guérisons...
  • Soit en me souvenant de choses dont j'ai été simplement témoin, y compris des événements du monde, j'y regarderai la présence de Dieu, comment cela me touche et à quoi cela m'appelle.


2.4 Comment ai-je vécu l'alliance?


Après avoir redécouvert, Dieu présent, amour, miséricordieux, de qui me sont venus toutes les joies mais aussi les dons, je regarde du côté de ce que j'ai fait: actions, pensées, paroles...


Continuant à relire ma / mes journée(s) tout en «tenant la main de Dieu », découvrant ses dons, sa présence au quotidien, ce qu'il m'a donné aussi de répondre en positif, je perçois mieux aussi mes infidélités:


  • Soit par un décalage entre ce que je crois du Seigneur (amour, juste, vrai...) et mon attitude dans telle circonstance (non-amour, non-justice, non-vérité ou autre...)
  • Soit par une confusion intérieure: voyant combien il m'a donné et sa fidélité, j'éprouve d'autant plus d'horreur face à telle attitude...
  • Soit par une autre manière de voir les choses que sur le moment: par exemple, mon comportement m'apparaissait justifié ce matin, et ce soir, devant Dieu, j'y perçois quelque recherche de moi, ou le non-respect d'un tel... ou un manque de courage, un manque de zèle, un désir d'avoir raison à tout prix... 
  • Soit par des mouvements de tristesse, de fermeture qui habitent mon cœur maintenant.


Pour tout cela, il y a de la place dans le cœur de Dieu. Je lui demande pardon et me confie à sa miséricorde. Si j'ai vraiment pris le temps de m'ajuster dans la foi aux vraies dimensions du cœur de Dieu, à sa présence aimante maintenant (car la journée ou la semaine est passée et je ne la referai pas), à ses dons, je vivrai cette prise de conscience de mon manque de réponse à son alliance dans la confiance paisible, et même dans la joie.


2.5. M'ouvrir à l'avenir... à demain


Fort de cette relecture, qui me donne de voir d'abord la fidélité inébranlable de Dieu, je m'ouvre à demain. Je confie au Seigneur ma journée, ma semaine, en lui demandant sa grâce.


Peut-être, qu'ayant repris conscience de son amour, de la présence de Dieu à ma vie, je découvrirai un point sur lequel il serait bon de m'exercer demain. Je le décide et demande à Dieu son aide.

 

Soeur Geneviève Pelsser, fma - 040306

 

 

billets précédents sur ce thème :

Piste pour prier à la "salésienne" (1)

Piste pour prier à la "salésienne" (2)

Piste pour prier à la "salésienne" (3)

 

 

08 juin 2009

Pistes pour prier « à la salésienne» (3)

Sans titre 1

 

 


 

2 RELIRE SA JOURNEE (semaine) AVEC DIEU

 

Relire sa journée est une authentique prière. Le récit à prier n'est plus la parole, mais le vécu du jour ou de la semaine. C'est une manière de découvrir comment Dieu a été présent tout au long de ma journée ou de ma semaine, et donc de faire entrer « la vie dans la prière », à la fois pour rendre grâce et pour orienter l'avenir. Il s'agit réellement d'une prière apostolique!

Le postulat de départ, essentiel et incontournable: croire que Dieu, le premier, donne et se donne à moi tout au long de mes journées! Il nous donne la vie, la croissance ainsi que toutes choses et lui, le Vivant, habite vraiment notre histoire. Deuxièmement, c'est dans ce quotidien et pas ailleurs que se dit, se vit, ou se nie notre réponse d'alliance, notre union à Dieu. 

C'est par cet « entraînement» régulier à la relecture de notre vie que nous devenons capable de discerner comment Dieu travaille, nous rejoint, nous parle, nous invite aujourd'hui et comment mieux lui répondre au quotidien.

 

- ! - Cette relecture est d'abord une rencontre personnelle avec Dieu, et non d'abord une rencontre avec ma conscience! C'est à l'intérieur de cette relation de foi, que je regarde avec LUI et le plus possible comme LUI le contenu de ma journée ou tel événement ou tel épisode de mon histoire. J'y discernerai peu à peu sa présence, sa fidélité, ses dons, son Esprit à l'œuvre, la manière d'y répondre et de m'y ajuster.

 

Soeur Geneviève Pelsser - 040306

 

A SUIVRE

 

billets précédents sur ce thème :

Piste pour prier à la "salésienne" (1)

Piste pour prier à la "salésienne" (2)

 


 

07 juin 2009

Pistes pour prier « à la salésienne» (2)

 

 

C'est aujourd'hui dimanche : offrez-vous une douceur !

 


 

 

Sans titre 3

 


 

1. L'OUVERTURE DU MATIN   ...

comme une «préparation générale à toutes les œuvres de la journée 1»

  • 1.         Ouvrez votre journée avec le Seigneur en le remerciant pour la vie, la grâce d'être encore là après la nuit.
  • 2.         Offrez lui cette nouvelle journée pour le servir...dans un ferme propos de bien employer la journée à cette intention.
  • 3.         Regardez les choses prévues, comment vous allez le servir, et aussi quelles tentations pourraient se présenter, comment vous voulez y remédier. «Si je prévois de devoir traiter de quelque affaire avec une personne passionnée et prompte à la colère, non seulement je me résoudrai de ne point me relâcher à l'offenser, mais je préparerai des paroles de douceur pour la prévenir...2 ».
  • 4.         Et puis reconnaissez devant le Seigneur que toutes ces bonnes décisions vous ne pouvez les exécuterpar vous-mêmes que ce soit pour fuir le mal ou faire le bien, et remettez votre cœur entre ses mains pour qu'il vous bénisse et vous fortifie. FdS recommande de faire cela « brièvement et vivement» avant de sortir de sa chambre 1

 

A SUIVRE

Soeur Geneviève Pelsser fma


1 François de Sales, Introduction à la vie dévote, IIème partie, ch 1er, Editions La Pléiade, p. 92

2   François de Sales, Introduction à la vie dévote, IIème partie, ch 1er, p. 94