17 janvier 2013

Tous Coops !

Collaborer avec Dieu Père.

Faire de Dieu le centre unificateur de sa propre vie, la source de la communion fraternelle et l’inspirateur de sa propre action, suppose avoir une certaine image de Dieu. Non le Dieu lointain, qui reste totalement plongé dans son silence solitaire et imperturbable et se désintéresse de la terre, mais le Dieu-Amour (cf 1Jn 4,16) qui se donne tout entier à l’humanité, un « Père qui œuvre sans cesse » (cf Jn 5,17) en partageant la vie de ses fils, tandis qu’il s’applique tout entier à aller efficacement et avec un amour  infini au-devant des attentes profondes des personnes ; un Dieu engaqé dans notre histoire au point de s’exposer à la liberté de l’homme en acceptant le risque du refus, toujours en se donnant comme un amour qui pardonne (agapé).

Silencieusement mais efficacement à l’œuvre dans l’histoire ce Dieu associe à lui-même des collaborateurs actifs et des collaboratrices laborieuses qui, dans les situations concrètes de vie, mobilisent avec ardeur leurs énergies pour annoncer Son amour et pour accomplir des œuvres de bien en puisant en Lui la force pour aimer, donner et servir.

Pour la Famille Salésienne et ses membres, « vivre en présence de Dieu » signifie cultiver une intense et continuelle relation d’amour avec Lui (« Union à Dieu ») ; et donc se sentir totalement rempli d’un amour semblable au Sien, celui que l’on donne d’une manière bénévole et désintéressée et que l’on prodigue pour les destinataires privilégiés de sa mission personnelle ; signifie également savoir percevoir et accueillir les signes de Sa mystérieuse présence dans les attentes et dans les demandes des hommes et des femmes de notre temps.

C’est à ce Dieu, Père miséricordieux que Don Bosco a adressé d’un cœur tout affligé son invocation : « Da mihi animas caetera tolle ». A tous ses disciples hommes et femmes, Don Bosco répète : « La plus divine des choses divines, c’est de coopérer avec Dieu à sauver les âmes et c’est une route sûre de haute sainteté ».

Charte de l’identité de la Famille Salésienne - Art 23

 

du 17 au 20 janvier 2013
XXXIème édition des Journées de Spiritualité de la Famille salésienne au Salesianum de Rome. Un rendez-vous qui voit réunies des délégations des 31 ordres religieux, associations et groupes laïcs fondés par Don Bosco ou qui s’inspirent de son charisme.

à suivre en CLIQUANT SUR CE LIEN

Pour le programme: CLIQUER ICI


Voir la vidéo du jour  ... et le ballotin du jour à ne pas manquer !

12 janvier 2013

Ce que j'aime...


Ce que j’aime, disait un jour Saint François de Sales
En son langage gracieux,
Plus que tous les trésors que ce bas monde étale,
Plus que tous les trésors des cieux :

Oui, ce que j’aime plus que la fleur qui se mire
Au bord des transparentes eaux,
Plus que la brise qui soupire,
Plus que le vol sublime et les chants des oiseaux,

Plus que le flot suivi par le flot qui l’efface
Et dont le murmure m’endort,
Plus que les étoiles, lueurs d’or
Écloses dans les champs merveilleux de l’espace,

Plus que l’éclair jetant dans le cœur du méchant
D’heureuses et vives alarmes,
Plus que les yeux bleus d’un enfant
Souriant à travers ses larmes,

Plus que la lampe d’or dont la vague lueur
Rayonne au fond du sanctuaire,
Plus que les doux moments d’extase et de prière
Que l’on passe près du Seigneur,

Plus que le Paradis où mon âme s’envole
Le Paradis où Dieu m’attend,
Et plus que les secrets de sa Sainte Parole
Qu’en silence mon cœur entend,

Plus que son doux sourire
Et que sa grâce même
Rayonnante toujours,
Rayonnante en tout lieu,

Ce que j’aime, enfin, ce que j’aime :
C’est la Volonté du Bon Dieu.

St François de Sales


Sans titre 3.jpg

Connaissez-vous nos ballotins salésiens ?
A l'approche de la fête de St François de Sales,
l'occasion de prendre
(ou de reprendre) une "douceur salésienne"
et de la partager...


Voir la vidéo du jour

25 novembre 2012

Accueillir le Christ


De chacun, le Christ attend un accueil.
Si tu ne parviens pas à lui donner de réponse,
il respecte ton silence.
Quand tu l'accueilles, par l'Esprit Saint,
il crée au-dedans de toi une communion intime avec Lui.
Dans l'étonnement d'une communion,
au tréfonds de ton âme, il se loge.
Sa présence est aussi claire que ta propre existence.
Il t'arrive d'en douter ?
Se creuserait-il en toi comme des trous d'incrédulité ?
Tu n'es pas sans fidélité pour autant.
Le doute parfois, n'est qu'un revers de la foi.

Frère Roger de Taizé

 et bonne fête du Christ Roi !

23.jpg


Aujourd'hui, la Famille salésienne
célèbre la fête de Maman Marguerite. 

Maman de don Bosco, sa première coopératrice,
elle a bercé la Famille salésienne sur ses genoux. ...

En savoir plus en suivant ce lien

 

 

Les reliques poursuivent leur passage à travers la France : voir les témoignages

Voir la vidéo du jour

21 septembre 2012

La prière selon Saint François de Sales (1)

22.jpg



La prière : une présence 

Parce que la vie chrétienne est aux yeux de François de Sales une vie d'union à Dieu, son secret pour parvenir à la sainteté est de vivre, autant que possible, chaque instant en présence de Dieu. Il n'est donc pas étonnant que la prière soit d'abord placé sous le signe de la présence de Dieu. A une femme qui avait l'impression de rien faire pendant l'oraison, François écrit :

"Vous ne faites rien, ce me dites-vous, en l'oraison. Mais qu'est-ce que vous y voudriez faire sinon ce que vous y faites, qui est de présenter et représenter à Dieu votre néant et votre misère ? C'est la plus belle harangue que nous fasse les mendiants que d'exposer à notre vue leurs ulcères et nécessités. Mais quelquefois encore ne faites-vous rien de tout cela, comme vous me dites, mais vous demeurez là comme un fantôme et une statue. Eh bien, ce n'est pas peu que cela. Dans les palais des princes et des rois, on met des statues qui ne servent qu'à recréer la vue du prince : contentez-vous donc de servir de cela en la présence de Dieu, il animera cette statue quand il lui plaira.

Les arbres ne fructifient que par la présence du soleil, les uns plus tôt et les autres plus tard, les uns toutes les années et les autres de trois en trois, et non pas toujours également. Nous sommes bienheureux de pouvoir demeurer en la présence de Dieu, et contentons-nous qu'elle nous fera porter notre fruit ou tôt ou tard, ou tous les jours ou parfois, selon son bon plaisir auquel nous devons pleinement nous résigner (remettre ou abandonner)"

Lettre à la Présidente Brûlart, mars 1605


Voir la vidéo du jour

Aujourd'hui : Journée de la paix

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) appelle les Églises et paroisses du monde entier à observer la Journée internationale de prière pour la paix le 21 septembre.
Cette année, le thème de la Journée de la paix est : "Une paix durable pour un avenir durable".

9.jpg


16 août 2012

Pédagogie de la bonté

13.jpg« Soyez toujours dans la joie du Seigneur;
laissez-moi vous le redire: soyez dans la joie  »

Homélie du lancement de la 2ème année du triennium  de préparation au Bicentenaire (16 août 2012) 34,11-12.15-16.23-24.30-31;  Ph 4,4-9;  Mt 18,1-6.10

 

Bien chers frères et sœurs dans le Christ Jésus,

Nous nous sommes rassemblés aux Becchi, dans le sanctuaire de Don Bosco, pour lancer la deuxième année du triennium de préparation au Bicentenaire de sa naissance. Après nous être engagés, l'année dernière, à le connaître d'une manière plus approfondie, à l’aimer d'une manière plus intense et à l’imiter d'une manière plus fidèle dans le don total de lui-même à Dieu et dans sa disponibilité sans réserves aux jeunes, nous sommes invités, cette année, à le contempler comme éducateur et donc à approfondir, à adapter et à faire nôtre son Système Préventif. Après avoir découvert comment Don Bosco s'est senti envoyé par Dieu aux jeunes qui étaient sa raison d'être, sa mission, son héritage le plus précieux, nous devons maintenant redécouvrir ce qu'il leur offrait : l'Évangile de la Joie à travers la Pédagogie de la Bonté. Voilà son programme éducatif et sa méthode pédagogique !

Mais pour vous le présenter je vais vous parler en son nom, et même, oserai-je dire, je vais vous parler à sa place, en véritable Successeur de Don Bosco :

« Je suis connu dans le monde entier comme un saint qui a semé à pleines mains beaucoup de joie. Je dirais même plus, comme l'a écrit quelqu'un qui m’a connu personnellement, j'ai fait de la joie chrétienne "le onzième  commandement"

L'expérience m'a convaincu qu'il n'est pas possible de faire œuvre d’éducation sans cette merveilleuse impulsion, sans ce plus magnifique qu'est la joie. Mais je te parle de la vraie joie, la joie qui naît dans le cœur de celui qui se laisse guider par le Seigneur. Les gros éclats de rires, le chahut débordant, ça va bien un moment… La joie dont je te parle vient du dedans, et c’est une joie qui demeure parce qu'elle vient de Jésus, quand il est accueilli sans réserve. J'avais l'habitude de dire : « Sois joyeux, mais que ta joie soit une joie qui traduise une conscience pure de tout péché ». Et pour que mes jeunes en soient intimement persuadés, j'ajoutais : « Si vous voulez que votre vie soit joyeuse et tranquille, vous devez vous efforcer de rester dans la grâce de Dieu, puisque le cœur du jeune qui est dans le péché est comme une mer continuellement agitée ». Voilà pourquoi je rappelais souvent que « la joie naît de la paix du cœur ». Et j'insistais : « Moi, je demande rien d'autre aux jeunes que ceci : qu'ils deviennent bons et qu'ils soient toujours joyeux ».

LIRE LA SUITE