08 mars 2017

De petites et de grandes joies

170307.jpg

Nous ne pouvons modifier nos émotions par la force, ni les programmer. Mais il dépend de nous de nous mettre en route vers la source de joie qui coule au fond de notre âme. A chacun sa porte d'entrée. Pour l'un, ce sera la beauté de la nature, pour un autre, la musique, pour un autre encore, la prière et le silence.

Evidemment, nous ne devons point nous contraindre à toujours être joyeux. Il suffit de croire que la "joie imprenable" demeure au fond de notre être. Alors, dans les périodes de deuil ou d'angoisse, nous saurons qu'elle ne nous abandonne pas.

Notre tâche, c'est de parvenir toujours au contact de celle-ci en nous ouvrant aux petits bonheurs du quotidien : la joie de vivre, de travailler, de faire des rencontres, de bavarder avec quelqu'un, de partager un repas.

Car il importe de savoir que le fait de goûter à une multitude de petites joies, parfois invisibles au quotidien, est le chemin vers la "joie parfaite", cette haute expérience dont parle Jésus. Lorsque la joie nous traverse, notre coeur se dilate.

C'est alors que nous nous ouvrons, non seulement à Dieu, mais aussi aux êtres humains autour de nous, à la beauté de la nature, et aux nombreux présents que Dieu et les hommes nous offrent chaque jour. Pour notre bonheur.

Anselm Grün

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

 

1703071.jpgMESSAGE
de la part de Maxime
et de ses amis de l'Escalpade
.

Suivez ce lien, ils comptent sur vous !

 

Publié dans Carême | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

05 mars 2017

Tu es le Jour

1703031.jpg

Me glisser dans Ton jour,
Ton jour qui est le mien :
Venir boire en Tes mains
Comme un très jeune agneau

Te livrer tout le jour
ce jour qui est le mien
T’attendre dans mes jours
Mes jours qui sont les tiens,

Car Tu es le Jour
l’incomparable Jour
Qui fais naître mes jours.

Sœur Myriam

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

04 mars 2017

Ouvrir son coeur

170303.jpg


Accueillir est un signe de véritable maturité humaine et chrétienne.
Ce n'est pas seulement ouvrir sa porte et sa maison à quelqu'un.
C'est lui donner de l'espace dans son cœur,
pour qu'il puisse exister et grandir.

Un espace où il se sait accepté comme il est, avec ses blessures et ses dons.
Cela suppose qu'il existe dans notre cœur un lieu silencieux et paisible
où les autres peuvent trouver le repos.
Si le cœur n'est pas paisible, il ne peut pas accueillir.

Accueillir, c'est être ouvert à la réalité telle qu'elle est,
en la filtrant le moins possible.
J'ai découvert qu'il y a beaucoup de filtres en moi,
par lesquels je sélectionne et je modifie la réalité que je veux accueillir :
la réalité du monde, des personnes, de Dieu et de la Parole de Dieu.

Je choisis ce qui me plaît, ce qui flatte mon moi et me valorise.
Je rejette ce qui me fait souffrir, me dérange
et me donne un sentiment d'impuissance ;
ce qui peut faire remonter en moi des sentiments de culpabilité ou de colère,
ou une sexualité blessée.
Nous avons tous, depuis notre petite enfance,
des filtres qui protègent la vulnérabilité de notre coeur et de notre esprit.

Grandir, c'est enlever ces filtres et accueillir la réalité qui est donnée,
non plus à travers des idées préconçues,
des théories, des jugements préfabriqués, des préjugés,
ou à travers notre affectivité blessée, mais telle qu'elle est.
Ainsi, nous sommes dans la vérité, et non plus dans un monde d'illusions.

Jean Vanier

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

 

Publié dans Carême | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

03 mars 2017

Carême ensemble !

5.jpg

Même si les distances et les différences nous séparent, nous vivons un réel esprit de communauté chrétienne.

Découvrir cette dimension fraternelle, la vivre simplement et humblement, c'est donner la vie.  C'est devenir là où l'on est, une source vivante de solidarité signe visible de l'Amour. Dépasser les mots de notre foi pour les conjuguer au temps vrai de l'humanité...

Les temps modernes que nous vivons nous poussent au "toujours plus" et le pouvoir du "moi" efficace auquel la vie nous invite pour justifier un "service" performant risque de nous faire oublier certaines pages "dérangeantes" de l'Evangile que nous disons vouloir servir…

Je "nous" invite à en relire quelques-unes et à les réécrire dans nos vies: le lavement des pieds, l'histoire du coq de Pierre, le scandale de la Croix, le silence du Samedi Saint…  Tiendrons-nous jusqu'à Pâques ?   … Tous les forts vous le diront: il faut être fou pour Le suivre !

Mais Jésus ne s'adresse pas à notre intelligence et s'il a pu apparaître pour certains comme un chef de bande, il n'a jamais fait appel à des mercenaires.  Il chasse les vendeurs des temples de nos sociétés partisanes et renvoie les faux semblant réfléchir aux miroirs de leur convictions... Son coeur est à 360° ... sans angles droits ni gauches d'ailleurs ! Il parle à notre cœur et cette capacité d'aimer ne fait l'objet d'aucune comptabilité.  Jésus ne demande pas, il donne !  Il ne désire pas un engagement à la carte, Il nous propose un menu complet, celui du service.  Mais comme pour le jeune homme riche, Il s'adresse avant tout à notre liberté: « viens, suis-moi…, je suis avec toi »

Ce oui, c'est celui de notre vie, de notre baptême, de notre vocation.  C'est le oui de la "mission" et dans les limites de notre humanité, notre devoir est d'en partager la responsabilité.  C'est dans ce oui libre et entier que réside la vraie richesse de l'engagement et non dans la capacité de le réussir.

Que ce Carême soit un don pour chacun d'entre nous.  Un temps qui nous est donné pour creuser au cœur de nos fragilités et de nos pauvretés l’espace du possible de Dieu. Qu'il fortifie en nous le "oui" de ce service humble et fidèle de chaque jour.

A+

Franz D.

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

 

Publié dans Carême | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

02 mars 2017

La loi de ton Amour

170220.jpg

Seigneur, tu es venu nous dire la loi qui se résume à ton amour,
Oui, tu nous invites à aimer comme toi, avec la même tendresse.
Nous en avons parfois le désir mais notre faiblesse nous joue des tours.
Tu connais le fond de notre cœur et tu viens toujours nous redire
Que tu es notre espérance, notre appui, notre forteresse !

Tu abolis les préceptes des hommes, œil pour œil, dent pour dent...
La vengeance pour toi n'est que destruction et désolation.
Oh, Seigneur, apprends-nous tes chemins, que nous allions de l'avant
Pour construire avec toi, un monde où tout serait paix et réconciliation.

Apprends-nous à rejoindre nos frères sur la route du pardon,
À cheminer avec eux pour mieux te rencontrer et vivre de ta parole.
Aide-nous à comprendre ton commandement,
Celui que tu nous proposes avec passion,
Pour le concrétiser chaque jour dans cette course folle.

Viens faire renaître en nous le sens de notre baptême,
Notre appartenance à Dieu ton Père et notre Père...
Continue de murmurer à notre cœur combien tu nous aimes
Pour qu'enfin nous puissions considérer notre prochain comme un frère.


Brigitte Butez, sc

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour