06 décembre 2013

Combien de temps ?

 6.jpg
La question taraude des hommes et des femmes de tous âges.  
Combien de temps sur le chemin de la maladie et de la guérison ?  
Combien de temps sur le chemin du chômage ?
Combien de temps avant ce pardon impossible et tant espéré ? 
Combien de temps avant de trouver l’âme sœur ?
Combien de temps avant d’être reconduit à la frontière ?
Combien de temps avant la main tendue ?
Combien de temps avant cette naissance ?

Si l’attente peut être belle, elle peut aussi devenir insoutenable, terrifiante.
Terrible expérience que celle de l’attente inévitablement 
accompagnée de cette dose insupportable d’impatience.
A quand le lever du  jour ?  
Ami, peux-tu me dire où en est la nuit ?  
Quelques heures ?  
Quelques jours ?

Regarde, une étoile se lève dans la nuit des hommes.  
Trace de lumière dans ta vie et pour tes pas.  
Étoile de la promesse qui s’accomplit.
Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière.  
L’attente touche à sa fin.  
Encore un peu de temps,
rien qu’un peu de temps.
Dieu se fait un petit enfant.  
Il vient combler toute attente.

Benoît Gschwind
 
 
  


 
 
 
 

05 décembre 2013

Des commencements... à l'avenir

14.jpg

 
Dieu des commencements,
Viens, Esprit Saint, sur le monde.
Que ton souffle donne à notre terre malade une nouvelle fraîcheur.
Que ton feu purifie les grands projets des peuples.
Ranime a vie partout où elle sommeille et semble même expirer.
Sois le Dieu des commencements.
 
Dieu de l’avenir,
Viens, Esprit Saint, sur ton Eglise.
Sois le défenseur des témoins de l’Evangile, 
l’inspirateur de toute communion et le promoteur de la vraie liberté.
Guide ceux et celles qui empruntent de nouveaux chemins 
et qui entreprennent avec audace leur mission de prophète.
Sois le Dieu de l’avenir.

Normand Provencher

 
 
  

Publié dans Avent, Prière | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

04 décembre 2013

LE DESIR D’AIMER CA SE CULTIVE

6.jpg

Le désir d’aimer est dans notre vie comme une petite plante, la plus belle, la plus précieuse, mais aussi la plus fragile. Il est si facile de l’étouffer, de la meurtrir, en préférant partir à la recherche de ce qui satisfera notre besoin d’être aimé. Précieuse et fragile, elle doit être cultivée. Elle a besoin de soleil, d’air pur, d’humidité. Elle a surtout besoin d’être entourée de respect, d’être préférée aux autres comme possibilité la plus haute qui se trouve en chacun.
 
Comment cultiver le désir d’aimer ?
Par la pratique des deux dimensions de l’amour : le constat et l’action.
Par le constat, c’est-à-dire le regard  et l’écoute ; par l’action, c’est-à-dire par la parole et le geste.
 
La pratique du regard et de l’écoute constitue la discipline indispensable à l’éveil et au déploiement du désir d’aimer. Elle consiste à refuser de réduire l’autre à ce qu’il fait ou à ce qui apparaît de lui. Regarder ou écouter l’autre en sachant qu’il est plus que ce qu’il fait, plus que ce qu’il dit de lui-même, plus que ce que les autres disent de lui. L’affection envers l’autre s’éveille et se déploie par la reconnaissance de ce qu’il y a de plus beau, de plus précieux, également de fragile en lui : sa capacité d’aimer et d’entrer en relation d’amitié avec Dieu.
 
La parole et le geste forment une autre discipline indispensable à la culture du désir d’aimer. Il nous arrive parfois de nous surprendre à souhaiter que dans nos relations avec les autres nous puissions sentir que nous les aimons. Tout serait tellement plus facile au lieu d’éprouver de la tristesse, de la frustration, ou de la colère, si nous étions portés par l’affection pour l’autre. Il en va de même dans notre relation à Dieu. Nous nous disons que si seulement nous pouvions sentir que nous sommes aimés de lui et que nous l’aimons, tout serait plus léger et notre vie quotidienne, si banale soit-elle, serait comme le vol de l’oiseau.
 
Benoît GARCEAU – extrait de la voie du désir
 
1.jpg
 
 
 
 
 

03 décembre 2013

L'intelligence du coeur... pour la Paix

66.jpg

Si une conversation s’envenime, 
Si les malentendus se multiplient,
Pour te faire entendre
Ne hausse pas le ton
Mais hausse le niveau de la conversation
N’aligne pas les preuves, fussent-elles irréfutables,
Pour rétablir la Paix, essaie d’atteindre l’intelligence du coeur.
Là peut se faire facilement la rencontre avec le meilleur de l’autre.
Car la Paix est la compassion en toi
Du meilleur qui pardonne au pire de ne pas être un saint.
 
Faire silence, non pas seulement de mots, 
Mais de ces sentiments qui nous empoisonnent
Et nous rendent la vie irrespirable,
Rendre notre quotidien plus paisible
et par contagion , 
Le monde plus bienveillant.
La colombe de la Paix pourra alors venir faire son nid sur la terre.

André Marie
 

1.jpg  
 
 
 
 
 
 
 
 

02 décembre 2013

Renouveler notre intimité avec le Seigneur

09.jpg

L’avent est le temps des veilleurs. Nous avons à accepter de traverser la nuit et le silence de l’attente. Pour affiner notre sens de l’écoute. Pour nous ouvrir aux choses essentielles. Pour accueillir celui qui vient. Autrement dit, il nous faut respecter ce silence ; il nous faut renoncer à le transpercer de nos « Seigneur, Seigneur » qui voudraient mettre fin à l’attente et voir notre désir immédiatement comblé. Chaque chose vient en son temps. Nous attendons l’enfant-roi qui va venir ; préparons-nous soigneusement. À vouloir trop nous presser, à refuser d’apprendre à veiller, nous risquons de manquer le fruit inattendu qui se prépare dans la nuit de notre foi. Car celui que nous attendons a toujours quelque chose d’inattendu.
 
Vivre l’avent dans le silence de l’amour qui apprend et prend patience, c’est admirer le Seigneur qui vient vers nous dans l’invisible. Car ne nous y trompons pas : si nous cherchons Dieu, c’est parce que nous avons d’abord entendu l’appel de celui qui nous cherche le premier. Voilà qui donne presque envie de se cacher plus profond dans la nuit pour faire grandir la joie d’y être découvert par celui dont on désire tant qu’il nous trouve. Jeu de l’amour qui fait taire les « Seigneur, Seigneur » pour augmenter la surprise et la joie des retrouvailles. Ainsi, l’avent est une occasion de reprendre à la base notre vie prière, de renouveler notre intimité avec le Seigneur.

Bruno LEROY.
 
Nous venons de publier notre lettre d'information.
Vous pouvez la consulter en suivant ce lien : INFOCoopbelsud - Novembre 2013