22 décembre 2013

Attente

 7.jpg
Dieu,
tu as choisi de te faire attendre
tout le temps d'un Avent.
 
Moi je n'aime pas attendre
dans les files d'attente.
Je n'aime pas attendre mon tour.
Je n'aime pas attendre le train.
Je n'aime pas attendre pour juger.
Je n'aime pas attendre le moment.
Je n'aime pas attendre un autre jour.
Je n'aime pas attendre
parce que je n'ai pas le temps
et que je ne vis que dans l'instant.
 
Tu le sais bien d'ailleurs, 
tout est fait pour m’éviter l’attente : 
les cartes bleues et les libres services, 
les ventes à crédit et les distributeurs automatiques, 
les coups de téléphone et les photos à développement instantané, 
les télex et les terminaux d’ordinateur, la télévision et les flashes à la radio…
je n’ai pas besoin d’attendre les nouvelles : elles me précèdent.
 
Mais toi, Dieu, 
tu as choisi de te faire attendre le temps de tout un Avent, 
parce que tu as fait de l’attente l’espace de la conversion, 
le face à face avec ce qui est caché, l’usure qui ne s’use pas.
L’attente, l’attente seulement l’attente, 
l’attente de l’attente, l’intimité de l’attente qui est en nous 
parce que seule l’attente 
et que seule l’attention est capable d’aimer.
 
Tout est déjà donné  dans l’attente, 
et pour toi, Dieu, 
attendre se conjugue Prier.

Jean Debruynne .
Extrait  de « Ecoute, Seigneur, ma prière » Prier DDB

Publié dans Avent, Prière | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

21 décembre 2013

Demandez, vous obtiendrez !

 6.jpg
Tous les enfants ont en eux une part d’inconscience… Ils sont capables de réclamer à leurs parents des choses qui, sans forcément être nuisibles, ne leur seront d’aucune utilité.
 
Face à ces demandes, les parents  sourient, disent « non », tout en cherchant à orienter l’attente des petits vers des cadeaux plus adaptés à leurs besoins.
 
Dans notre prière, nous sommes, nous aussi, souvent comme des enfants inconscients.
 
Nous demandons à Dieu des choses inconsistantes alors qu’il se propose de nous donner ce qui peut nous faire grandir et vivre : son Esprit.
 
C’est l’Esprit qui nous sert de boussole, qui peut orienter notre vie et nous aider à marcher sur les pas du Christ.  C’est lui qui nous pousse à agir avec justice et qui fait résonner en nous la parole de Dieu : « Demandez, vous obtiendrez ! »

Dominique Pierre

18 décembre 2013

Fais-nous marcher…

3.jpg


Seigneur, nous te rendons grâce pour ce jour qui se lève,
les regards que nous croiserons aujourd’hui, 
les mots échangés, les sourires ou les soucis partagés, 
et surtout pour ta Parole qui nous éveille et nous met en route.
Que nos cœurs ne s’alourdissent pas dans le confort.
Nous voulons être des veilleurs,
pour bâtir avec toi un royaume de paix et de justice.
Fais-nous marcher à ta lumière, toi,
le Dieu qui es, qui étais et qui viens, 
depuis toujours et jusqu’aux siècles des siècles.

Publié dans Avent, Prière | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

17 décembre 2013

Pour ceux qui ont trop...

6.jpg

J’ai besoin d’être élaguée. Je suis comme un arbre dont les branches sont trop nombreuses. Je suis une plante avec trop de feuilles. Je me disperse. Parfois, une branche tombe : elle manque de nourriture. Je n’ai pas assez de sève pour les nourrir toutes. J’ai toujours soif.

Ôte mes branches inutiles, Seigneur. Tu sais laquelle s’abreuve directement à la source, et laquelle ne tire sa vie que des autres, comme un parasite. Donne-moi le courage de les tailler. Tu sais, Seigneur, quelles feuilles portent du fruit et lesquelles ne font que refléter la lumière. Tu sais ce qui m’est indispensable et ce qui, au contraire, me trouble et m’alourdit : ouvre mes yeux que je sache le discerner.

Donne-moi, surtout la force de dire à certains aspects de moi : « va-t-en, tu ne me sers plus » Tu me voles. Je sais que cela fait mal, mais je ne t’aime plus : tu me tues ».

Donne-moi, Seigneur, le courage de m’élaguer. Réduis-moi à l’essentiel.  

Lore Dardanello 
Prières pour ceux qui n’ont pas le temps. 
Editions Salvator.

1.jpg

 

Le pas en Avent du jour




Voir la vidéo du jour


Publié dans Avent, Prière | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

16 décembre 2013

Dehors !

 

6.jpg

Sortons, sortons pour offrir à tous la vie de Jésus-Christ. 

Je répète ici pour toute l’Église ce que j’ai dit de nombreuses fois aux prêtres et laïcs de Buenos Aires : je préfère une Église accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu’une Église malade de la fermeture et du confort de s’accrocher à ses propres sécurités.

Je ne veux pas une Église préoccupée d’être le centre et qui finit renfermée dans un enchevêtrement de fixations et de procédures. 

Si quelque chose doit saintement nous préoccuper et inquiéter notre conscience, c’est que tant de nos frères vivent sans la force, la lumière et la consolation de l’amitié de Jésus-Christ, sans une communauté de foi qui les accueille, sans un horizon de sens et de vie.

Plus que la peur de se tromper j’espère que nous anime la peur de nous renfermer dans les structures qui nous donnent une fausse protection, dans les normes qui nous transforment en juges implacables, dans les habitudes où nous nous sentons tranquilles, alors que, dehors, il y a une multitude affamée, et Jésus qui nous répète sans arrêt : « Donnez-leur vous-mêmes à manger »
(Mc 6, 37).

Pape François.

 

1.jpg

 

Le pas en Avent du jour




Voir la vidéo du jour