22 décembre 2015

Entendre ce que Dieu me dit

09.jpg

Chaque jour, de nouvelles richesses surgissent
à nos yeux émerveillés.
Chaque jour, d’intolérables détresses s’imposent
à nos consciences troublées.
L’humanité est en perpétuelle croissance,
En mal de gestations nouvelles,
De problèmes inédits,
De réponses balbutiantes.

Ce monde, c’est le mien ;
Cette histoire, c’est la mienne.
Non un décor neutre et innocent
Où se joue l’aventure humaine.
Ce monde, je le façonne et il me façonne.
Cette histoire, je la construis et elle me construit.

Le monde et l’histoire sont le lieu de la rencontre de Dieu.
Le lieu où se déploie le Royaume de Dieu.

Il faut écouter ce que Dieu nous dit
À coups de faits et d’évènements.

A travers eux, des hommes et des femmes
Souffrent ou se réjouissent,
Se révoltent ou se résignent.

« Voici, dit Dieu, que je me tiens à la porte et je frappe…
Si quelqu’un entend ma voix… »

Entendre ce que Dieu me dit,
Non seulement dans l’Evangile,
Mais dans les événements de tous les jours,
Dans ce qui me réjouit ou m’attriste,
Dans ma famille, dans mon quartier,
Dans mon pays et au-delà des frontières.

Oui, entendre,
Même si je ne comprends pas tout,
Même en pleurant d’impuissance.
Le pire serait l’indifférence.

André Monnom

avent1.jpg L'avent du jour

Voir la vidéo du jour ►

21 décembre 2015

CŒUR DE DIEU, CŒUR DU MONDE

2222.gif

 

Dieu aurait pu être un juge sévère. Il aurait pu être un dictateur impitoyable... Oui, il aurait pu être ainsi et certains le croient ainsi. Alors, pour ces croyants-la, il n'y a que deux solutions: perdre la foi pour survivre ou mourir desséché de solitude et de peur.

De toute éternité, Dieu a un cœur qui bat. L’Amour du Père pour son Fils éternel est une réalité qui ressemble, ni cent milliards de fois plus beau, à ce qu’éprouvent les parents les plus affectueux, les fiancés les plus épris.

Stan ROUGIER, prêtre, animateur et écrivain
Extrait de « Comme une flûte de roseau »,
éd. Le Centurion

 

avent1.jpg  L'avent du jour ► 

Voir la vidéo du jour ►

20 décembre 2015

Si faible que soit ton cri

 3.jpg

Si faible que soit ton cri
Crie-le !

C'est en entendant le chien hurler
Qu'on sait qu'il est arrivé quelque chose

Jette ton cri
Quelqu'un le ramassera
Pour le relancer

C'est en criant
Qu'on forme un peuple
Un peuple formé d'hommes
Qui étouffaient leur cri
Parce qu'ils ne savaient pas
Ils ne savaient pas que leur cri
C'était le cri d'un peuple

Si faible que soit ton espoir
Espère-le!
C'est en voyant l'oiseau se lancer
Qu'on devine quel était son espoir

Jette ton espoir
Quelqu'un le ramassera
Pour le relancer

C'est en espérant
Qu'on forme un peuple
Un peuple formé d'hommes
Qui cachaient leur espoir
Parce qu'ils ne savaient pas
Ils ne savaient pas que leur espoir
C'était l'espoir d'un peuple

René Lelièvre
Prêtre ouvrier

avent1.jpg L'avent du jour ► 

Voir la vidéo du jour ►

18 décembre 2015

Chrétiens dans le monde

2.jpg

Les Chrétiens sont les germes d’une autre humanité,
dans laquelle nous cherchons à vivre
au service les uns des autres,
à ne pas être arrogants
mais disponibles et respectueux.

Cela n’est pas faiblesse, mais force véritable !
Celui qui porte en soi la force de Dieu,
son amour et sa justice,
n’a pas besoin d’user de violence,
mais il parle et agit avec la force de la vérité,
de la beauté et de l’amour ...

Ne cédons pas à l’orgueil
qui alimente la violence et les guerres,
mais ayons l’humble courage
du pardon et de la paix.

Pape François

avent1.jpg 

l'Avent du jour ► 

Voir la vidéo du jour ►

17 décembre 2015

Le temps du désir

 3.jpg


Toute notre société est bâtie sur le culte de l’immédiateté. Tout doit être de plus en plus accessible et de plus en plus rapide. Le délai qui sépare un désir de sa réalisation est traqué impitoyablement, afin que la satisfaction ne soit pas reportée à un décevant “plus tard”.

L’époque n’a pas prévu un effet très pervers de cette recherche d’excellence dans la réactivité : c’est qu’en gommant le temps de l’attente, on a supprimé le temps du désir. Une longue attente peut être considérée comme un supplice, mais c’est un délicieux supplice. Délicieux, non par masochisme, mais parce qu’en creusant le désir, nous accédons à une joie située sur la ligne de crête de l’intensité émotive.

Pour goûter la pleine saveur d’un mets, d’un événement, d’un être, il faut d’abord connaître le manque. « Qui est impatient n’aime pas » dit un proverbe italien. Un trop soudain plaisir est un plaisir médiocre qui nous laisse sur notre faim. La satiété conduit au dégoût.

Que ce soit dans nos relations humaines, dans nos rêves de réalisation personnelle, dans nos convoitises matérielles, dans nos désirs et nos projets, ne cédons pas une impatience coupable ; ne précipitons pas le temps des éclosions subtiles et des longs mûrissements. Ce temps-là n’est jamais du temps perdu.

Cultivons le temps de l’attente comme un secret de joie durable. Et souvenons-nous toujours que “tout ce qui est exquis mûrit lentement”. (Arthur Schopenhauer)

François Garagnon
(Editions Monte-Cristo)

avent1.jpg 

l'Avent du jour ► 

Voir la vidéo du jour ►