02 décembre 2016

Réveil !

20161201.jpg

Dieu, merci de venir réveiller 
notre attente endormie sous les soucis, 
la bousculade des jours et nos ennuis.
Nous sommes si pressés 
que nous ne prenons plus le temps d’attendre.
Nous avons tant à faire, à penser.
Nos agendas, nos heures, nos vies sont remplis.

Dieu, merci de venir réveiller notre attente.

Toi, tu nous fais cadeau de ce temps neuf.
Voici les temps nouveaux!
D’un temps qui ne peut se gagner ni se perdre.
D’un temps pour respirer, pour espérer, pour vivre.

Dieu, merci pour ce temps d’Avent.
Merci d’arriver à l’improviste, visiteur inattendu!
Car si Noël est programmé sur nos calendriers,
Toi, Dieu, tu n’as jamais fini de nous surprendre!

(Diocèse-de-Sainte-Anne-de-la-Pocatière - Novembre 2010)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour


avent.jpg

Publié dans Avent, Prière | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

30 novembre 2016

J’aime beaucoup le mot bonheur.

Pendant de nombreuses années, le philosophe Paul Ricœur, de tradition protestante, avait l’habitude de venir à Taizé. Il est décédé vendredi 20 mai 2005 à l’âge de 92 ans. Les extraits ci-dessous proviennent d’un entretien lors de son séjour à Taizé pendant la Semaine sainte 2000.

201611291.jpg

J’aime beaucoup le mot bonheur...

Longtemps, j’ai pensé que c’était soit trop facile, soit trop difficile de parler du bonheur.

Et j’ai dépassé cette pudeur. Ou plutôt je l’approfondis, cette pudeur, en face du mot bonheur. Je le prends dans toute la variété de ses significations, y compris celle des Béatitudes. Je dirais que la formule du bonheur c’est : « Heureux celui qui… »

Alors, le bonheur, je le salue comme justement une « re-connaissance », dans les trois sens du mot : je le reconnais comme étant mien, je l’approuve chez autrui, et j’ai de la gratitude pour ce que j’en ai connu, ces petits bonheurs, parmi lesquels ceux de la mémoire, pour me guérir des grands malheurs de l’oubli.

Et c’est là que je fonctionne à la fois comme philosophe, nourri des Grecs, et lecteur de la Bible et de l’Évangile, où on peut suivre le parcours du mot bonheur, mais dans les deux registres. Parce que le meilleur de la philosophie grecque est une réflexion sur le bonheur, le mot grec eudeimon - on a parlé de l’eudémonisme philosophique, chez Platon, chez Aristote -, et je m’y retrouve très bien avec la Bible. Je pense tout d’un coup au début du psaume 4 : « Ah ! Qui nous enseignera le bonheur ? » C’est une question un peu rhétorique, mais qui a sa réponse dans les Béatitudes.

Et les Béatitudes, c’est l’horizon de bonheur d’une vie sous le signe de la bienveillance, parce que le bonheur, ce n’est pas simplement ce que je n’ai pas, ce que j’espère avoir, mais aussi ce que j’ai goûté.

Paul Ricoeur

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour


avent.jpg

27 novembre 2016

Vierge de l’attente

20161126.jpg


Sainte Marie, vierge de l’attente,
donne-nous de ton huile,
parce que nos lampes s’éteignent.
Vois : nos réserves se sont consumées.
Ne nous envoie pas chez d’autres marchands.
Allume à nouveau dans nos âmes les anciennes ardeurs
qui nous brûlaient de l’intérieur,
quand il suffisait d’un rien pour nous faire tressaillir de joie :
l’arrivée d’un ami lointain,
le rouge du soir après l’orage,
le crépitement de la bûche
qui en hiver surveillait les retours à la maison,
le son des cloches carillonnant les jours de fête,
l’arrivée des hirondelles au printemps,
l’arrondi tendre et mystérieux du ventre maternel,
le parfum de lavande qui faisait irruption quand on préparait un berceau.

Si aujourd’hui nous ne savons plus attendre,
c’est parce que nous sommes à court d’espérance.
Ses sources se sont asséchées.
Nous souffrons d’une crise profonde du désir.
Et, désormais satisfaits des mille succédanés qui nous assaillent,
nous risquons de ne plus rien attendre,
pas même ces promesses surnaturelles
qui ont été signées avec le Sang du Dieu de l’Alliance.

Sainte Marie, femme de l’attente,
soulage la douleur des mères souffrant pour leurs fils qui,
sortis un jour de la maison, n’y sont jamais revenus,
tués dans un accident ou séduits par les appels de la jungle ;
dispersés par la fureur de la guerre
ou aspirés par le tourbillon des passions ;
engloutis par la fureur de l’océan ou bouleversés
par les tempêtes de la vie.

Sainte Marie, vierge de l'attente,
donne-nous une âme de veilleur.
Arrivés au seuil du troisième millénaire,
nous nous sentons malheureusement plutôt fils du crépuscule
que prophètes de l'Avent.

Sentinelle du matin,
réveille dans nos cœurs la passion de fraîches nouvelles
à porter à un monde qui se sent déjà vieux.
Apporte-nous enfin la harpe et la cithare,
afin qu'avec toi, matinale,
nous puissions réveiller l'aurore.

Face aux changements qui secouent l'histoire,
donne-nous de sentir sur notre peau les frissons des commencements.
Fais-nous comprendre qu'il ne suffit pas d'accueillir :
il faut attendre.
Accueillir est parfois un signe de résignation.
Attendre est toujours un signe d'espérance.
Rends-nous pour cela ministres de l'attente.
Quand le Seigneur viendra, ô Vierge de l'Avent,
qu'il nous surprenne, 
grâce à ta complicité maternelle,
la lampe à la main.

Mgr Tonino Bello

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

 

Aller de l'Avent !  ... pour faire jaillir en nous le désir de Dieu.
Notre espace pour vivre et pour animer cette attente en suivant ce lien ►

(calendrier, textes, prières, chants, et plus encore, pour les grands et pour les petits...)


avent.jpg

 

Publié dans Avent | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

24 décembre 2015

Dieu est amoureux !

8.jpg

A trop dire : je cherche Dieu,
On oublie que c'est Lui qui nous guette.
Dieu s'est tellement épris de l'Homme,
Qu'Il s'est fait l'un d'entre nous.

C'est vrai.
C'est du délire.
Dieu est amoureux !

Robert Riber

avent1.jpg L'avent du jour ► 

Voir la vidéo du jour ►

 

23 décembre 2015

Le Seigneur des petites lumières

À Sœur Marcelle...
et en union avec la communauté des Sœurs Salésiennes de Don Bosco.

100.jpg

 

Seigneur,
Tu viens un peu comme la lumière.
Cette lumière discrète et têtue,
Qui au plus fort de l’hiver,
Vient grignoter la nuit.

On ne dirait pas,
Mais chaque jour qui passe,
C’est un peu de nuit en moins.

Bien sûr, il n’y a pas d’excès,
Pas d’illuminations
Pas de feux d’artifice.
Mais l’obscurité s’en va
Chaque jour un peu plus.

Seigneur,
Si tu venais éclairer ma nuit.
Comme ça, tout doucement, discrètement.
Sûrement qu’au bout de la lutte
C’est toi qui gagnerais
Et moi aussi, avec toi.

Seigneur,
Viens comme la lumière,
Illuminer ma vie.

Robert RIBER

 

avent1.jpg  L'avent du jour ► 

Voir la vidéo du jour ►

Publié dans Avent, Prière | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |