12 novembre 2017

La dernière clef

171103.jpg


Le principal but de la vie, c'est aimer.
Le reste est silence.

Nous avons besoin d'aimer.
Même si cela nous mène au pays où les lacs sont faits de larme. ...
Notre seul et vrai choix, c'est de nous livrer au mystère de cette force incontrôlable. ...
parce que la nature est la manifestation de l'Amour de Dieu.
Malgré tout ce que nous faisons, elle nous aime encore.
Aussi, respectons et comprenons ce que la nature nous enseigne.

Nous aimons parce que l'Amour nous libère.
Et nous nous mettons à dire les mots
que nous n'avions même pas le courage de nous murmurer. ...
Nous prenons la décision que nous laissions pour plus tard.
Nous apprenons à dire "non" sans considérer ce mot comme maudit.
Nous apprenons à dire "oui" sans en redouter les conséquences.
Nous oublions tout ce qu'on nous a appris sur l'Amour,
parce que chaque rencontre est différente et porte en elle ses angoisses et ses extases.

Nous chantons plus fort quand la personne aimée est loin
et nous murmurons des poèmes quand elle est près de nous.
Même si elle n'écoute pas ou n'accorde pas d'importance à nos cris et à nos murmures.

Nous ne fermons pas les yeux sur l'Univers
pour nous plaindre de le trouver sombre.

Nous gardons les yeux bien ouverts, en sachant que sa lumière
peut nous pousser à faire des choses insensées.
Cela fait partie de l'Amour.

Notre cœur est ouvert à l'Amour et nous l'offrons sans crainte,
parce que nous n'avons plus rien à perdre.
Alors nous découvrons, en rentrant chez nous,
que quelqu'un était là à nous attendre,

cherchant la même chose que nous
et souffrant des mêmes angoisses et des mêmes inquiétudes.

Parce que l'Amour est comme l'eau qui se transforme en nuage :
il est haut dans le ciel et voit tout de loin,
conscient qu'il devra un jour regagner la terre.

Parce que l'Amour est comme le nuage qui se transforme en pluie :
il est attiré par la terre et fertilise le champ.

Amour n'est qu'un mot,
jusqu'au moment où nous décidons

de le laisser nous posséder de toute sa force.
Amour n'est qu'un mot,
jusqu'à ce que quelqu'un vienne lui donner un sens.


Ne renonce pas.

En général, c'est la dernière clé du trousseau qui ouvre la porte.

Paulo Coelho
"Le manuscrit retrouvé" (extrait)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

11 novembre 2017

Au pied du mur

171102.jpg


Il y a des murs partout, des, des murailles,
des remparts, des forteresses.
On dit que c'est pour se protéger
mais c'est pour s'enfermer.

Qui est le prisonnier ?
Celui qui est derrière les murs
avec son cœur libre,
ou celui qui est dehors
le cœur enchaîné aux affaires ?

Il y a des murs de mépris...
Il y a des murs de la honte...
il y a des murs qui écrasent...
Il y a le mur de l'argent...
Le mur écrit de cris...

Le mur où il est défendu de déposer les ordures
mais où les hommes sont bien obligés de se poser
parce qu'ils n'ont nulle part ailleurs pour dormir...

Les murs tristes qui font le tour des banlieues,
le béton sans visage qui dresse des tours et des barres,
longues, si longues que de loin,
elles ressemblent à des cercueils...

les murs où les chiens aboient
pour cause de propriété privée, de chien méchant...

Le mur du savoir
avec tous ceux qui n'ont jamais eu le droit d'y entrer
et qui n'ont appris ce qu'ils savent
qu'à l'école du malheur
et à l'université de la misère...

Les murs de la faim...
Les murs d'injustice...
Les murs de soupçon...
les murs de colère...

Et toujours ces murs qui déchirent :
L'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud,
Le tiers-monde et le quart-monde,
et le monde tout entier
qui a cessé d'être celui des hommes.

Jean Debruynne

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

 

10 novembre 2017

La terre nourricière

171103.jpg

Nous disons souvent : "Protégeons notre planète !",
avec sagesse, condescendance
et un brin de sentiment de toute puissance,
comme si nous étions capables d'ébranler son harmonie...
La terre sait bien se "ré-harmoniser" toute seule !

Nous devrions plutôt dire avec un peu plus d'humilité :
"Protégeons notre humanité sur cette terre !"
car c'est la survie de l'homme qui est en danger
à cause des abus que nous faisons chaque jour,
sur notre bonne vieille planète !

La terre continuera à tourner, quoi qu'on y fasse,
mais elle ne sera plus pour nous
ni nourricière, ni protectrice, ni bienveillante,
ni hospitalière, ni belle,
ni... ni...
(la liste est si longue !)

une bénévole

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

09 novembre 2017

Si tu veux éviter

171103.jpg


Si tu veux éviter la peur,
donne-toi à l’amour.
Si tu veux éviter l’ignorance,
recherche la sagesse.
Si tu veux éviter la colère,
cultive la patience.
Si tu veux éviter le trouble,
sois humble.
Si tu veux éviter le désir de posséder,
laisse-toi appauvrir.
Si tu veux éviter l’avarice,
sois joyeux.
Si tu veux éviter les préoccupations mauvaises,
cherche la paix intérieure.
Si tu veux éviter l’errance de l’esprit,
aime la méditation.
Si tu veux éviter la dureté du cœur,
découvre la miséricorde.

St François d'Assise

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

08 novembre 2017

Nous réveiller

171023.jpg


Mais à trop parler de lumière, nous risquerions de créer de l’ombre.

Nous ne sommes pas ici des marchands d’illusion, je ne crains rien de plus que les illusions et les idéalismes, je sais que les cultes de pureté créent l’enfer, et que les idéologies qui placent d’un côté les belles âmes et de l’autre les monstres, ont vite fait de construire leurs goulags, de lâcher leurs démons.

Nous ne sommes pas là pour nous bercer les uns les autres, mais pour nous réveiller ensemble, pour réveiller en nous la mémoire endormie de l’Alliance fondatrice de notre être, nous demander comment accéder de neuf à ce qui est.

Tout le monde feint de croire que ce monde est stable et solide mais toi qui as été un enfant, tu sais bien qu’il n’en est rien. Tu peux préméditer, prévoir tout ce que tu veux, le fruit attendu ne vient pas.

Agis sans intention ni esprit de profit et le fruit tombe (ou non) à tes pieds!

Bien que la causalité tant prisée soit sans cesse déjouée, nous continuons de nous y cramponner.

La surgie du fruit n’a lieu que lorsque la dimension horizontale de l’effort, de la persévérance, rejoint brusquement la dimension verticale: celle du secret.

Mais qui voudrait encore savoir ces choses? Qui accepterait d’en recevoir la vivifiante, la bousculante leçon, jour après jour ?

Christiane Singer

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |