05 février 2018

Comme une terre lointaine

180204.jpg

« N’oublie pas qu’avant d’être un « proche », l’autre ressemble peu à peu à une terre lointaine. Il convient de l’aborder comme un pays dont on doit respecter la langue étrangère, les us, les coutumes, les paysages familiers et les climats changeants, le jardin secret, la souveraineté. Il s’agit donc d’acclimater ton savoir à une réalité parfois déroutante, en tout cas fondamentalement différente de la tienne, en cherchant à t’adapter à l’autre, à le comprendre dans sa nécessité intérieure, à l’apprivoiser où à le rejoindre. Autant dire que pour aborder ce pays de l’autre, tes bagages, tes grilles d’analyses tes jugements coutumiers et tes habitudes te seront de peu d’utilité. « En réalité, tout se passe comme si habiller une relation exigeait d’abord que l’on se dépouille soi-même. »

« Cette idée de dépouillement radicale nous ramène au désert. Il faut accepter d’aborder l’autre comme un vaste territoire inconnu : parfois sans point de repère, sans garantie et même sans chemin tracé. Sans a priori, ni attente prédéfinie. Juste avec la passion de découvrir un « lieu » singulier qui peut devenir un « lien » unique. »

François Garagnon
Extraits du livre « Le maître des liens inaltérables »

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

 

 

Commentaires

Merci !

En écho , un interviw de Jean Vanir-er sur " la tendresse " et une belle chanson " ENFANT DE LA TERRE " qui peut aussi inspirer
tout un chacun !


ww.youtube.com/watch?v=umryMrqudFY

Enfant sur la terre, par les Serruiers Magiques
https://www.youtube.com/watch?v=DtDTT5RP-JM

Excellente journée !

Écrit par : Myriam de Terwangne | 05 février 2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.