23 novembre 2017

Comme des perles

171121.jpg

A Paul, à Franz ...
et à toutes les personnes qui par leur présence allument des étoiles d'espérance...


La première année de mon service d’aumônier de prison, Serge, un jeune détenu, m’a confié un petit poème qu’il avait griffonné la nuit dans sa cellule :  

« Ici, nous sommes comme les perles des huîtres ; nous sortirons de nos coquilles le jour où l’on viendra nous arracher de nos écrins. Si le monde ne s’était pas mis d’accord pour dire que la perle valait la peine d’être pêchée, elle serait toujours au fond des mers… Nous sommes pareils à ces perles, nous valons la peine d’être sauvés, de vivre une autre vie…  Mais y aura-t-il des pêcheurs ? »

Il est vrai que le pêcheur de perle doit être rudement entraîné pour descendre, en apnée, remuer la boue du fond obscur des océans avant de connaître la joie de remonter la perle éclatante de lumière.

Il est tout aussi vrai que la quête des ressources humaines merveilleuses, dans la vie de la prison, demande parfois de prolonger un fameux effort dans une atmosphère irrespirable. Violence absurde, logique de la drogue, infantilisation, déresponsabilisation, froideur arbitraire, victimisation, autant de noms à donner à cette boue des profondeurs du carcéral à remuer quotidiennement !

De même que je suis convaincu de l’éclat de la perle arrachée au fond des mers, je connais la passion lumineuse qui peut me saisir, lorsque j’ai le privilège d’accompagner une personne détenue et sa famille dans leur lutte pour s’arracher aux forces du rejet, pour remonter à la surface, en nous surprenant par l’audace d’un nouveau recommencement.


Philippe Landen  - Aumônier de prison
Extrait de « Résister en prison » 

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Commentaires

Merci pour ce message d' espérance de Philippe Landen !

Merci pour sa foi en l' homme ( TOUT l' HOMME et TOUT HOMME ,) , en l' humanité et en Dieu .

Bonne lecture de ce récit :

PLACER L' HOMME AU COEUR DE NOS REALISATIONS

Un petit garçon de 8 ans rejoint son père, scientifique, qui cherche à résoudre les problèmes de l’humanité.
Guerres, terrorisme, abus, scandales,,, absorbent la réflexion du père.

Le petit garçon entre dans le bureau, tire la manche de son papa et lui dit : « Papa, je veux t’aider ! »
Son père le renvoie : « Non non, mon fils, j’ai beaucoup de travail. »
Mais le petit insiste.

Il y a là une revue avec une carte du monde. Alors, le père prend la carte, avec des ciseaux il la découpe en tout petits morceaux, qu’il lui remet avec de la colle : « Voilà, essaie de reconstruire le monde. »

Il croit occuper ainsi son fils pour une dizaine de jours.
Mais après deux heures, le fils a résolu le problème et revient voir son père.
 » Comment as-tu pu faire cela ?  » lui dit le père interloqué.
 » Eh bien, Papa, j’ai vu que l’autre côté de la carte, il y avait la figure d’un homme. Le monde, je ne le connais pas. Mais l’homme, si.

Alors, j’ai retourné tous les petits papiers. Et j’ai d’abord reconstruit l’homme. Puis, j’ai retourné le papier, j’avais reconstruit le monde aussi.  »

Histoire confiée par Gabriel Garcia Marquez à l’écrivain argentin Adolfo Perez Esquivel (prix Nobel de la Paix – 1980)

BONNE ECOUTE DE CETTE CHANSON DE HUGHES FANTINO : «POUR QUE VIENNE TON REGNE « 

HUGUES FANTINO : " Pour que vienne ton Règne ! "

https://www.youtube.com/watch?v=BFWi3p0t6NI

Excellente journée !

Écrit par : Myriam de Terwangne | 23 novembre 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.