24 août 2017

L'amour n'est pas tout fait

170822.jpg

L'amour n'est pas tout fait
Il se fait.

Il n'est pas robe ou costume prêt-à-porter,
Mais pièce d'étoffe à tailler, à monter, à coudre.

Il n'est pas appartement, livré clefs en main,
Mais maison à concevoir, à bâtir,
entretenir et souvent réparer.

Il n'est pas sommet vaincu,
Mais départ de la vallée, escalades passionnantes, chutes dangereuses,
dans le froid de la nuit ou la chaleur du soleil éclatant.

Il n'est pas un solide ancrage au port de bonheur,
Mais levée d'ancre et voyage en pleine mer,
dans la brise ou la tempête.

Il n'est pas "oui" triomphant,
énorme point final qu'on écrit en musique,
au milieu des sourires et des bravos.

Mais une multitude de "oui" qui pointillent la vie,
parmi une multitude de "non" qu'on efface en marchant.

Ainsi être fidèle, vois-tu, ce n'est pas :
ne pas s'égarer, ne pas se battre, ne pas tomber,
c'est toujours se relever et toujours marcher.
C'est vouloir poursuivre jusqu'au bout
le projet préparé ensemble et librement décidé.

C'est faire confiance à l'autre au-delà des ombres de la nuit.
C'est se soutenir mutuellement au-delà des chutes et des blessures.
C'est avoir foi en l'Amour tout-puissant, au-delà de l'amour.

Michel Quoist 

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Commentaires

Merci !

Un beau texte de François Cheng :

Nous ne sommes pas tous des artistes; mais tous nous avons part à la beauté. En réalité, nous sommes tous plus ou moins artistes. Le simple fait de vivre suppose un certain art de vivre.

Nous savons par exemple disposer des fleurs pour égayer notre demeure, dresser l'oreille pour écouter un chant d'oiseau, jouir d'un jardin au printemps ou du coucher du soleil sur la mer. Tout cela est bien.

Toutefois, si nous voulons dépasser les clichés, dépasser l'habitude de réserver la beauté à seulement quelques moments privilégiés, nous devons apprendre à habiter poétiquement la terre comme l'a proposé le poète Hölderlin.

Car la beauté, ce don qui nous est offert sans réserve, est omniprésente. Il faut savoir en capter les plus humbles manifestations.

Ces fleurs anonymes qui poussent dans les fentes d'un trottoir, ce rayon de soleil qui soudain fait chanter un vieux mur, ce cheval pensif au milieu d'un pré après la pluie, cet enfant qui offre un caillou coloré à un vieillard sur son banc; ces fragrances et saveurs que la mémoire réveille...

Extrait de:
Œil ouvert et cœur battant
Comment envisager et dévisager la beauté
François Cheng.

p.53 éd. Poche Desclée de Brouwer


Très belle journée !

Écrit par : Myriam de Terwangne | 24 août 2017

SEIGNEUR TON AMOUR nous aide a nous aimer les uns les autres

Écrit par : hoda | 24 août 2017

Les commentaires sont fermés.