20 août 2017

Planter un pommier

170813.jpg

Au creux de nos chagrins, alors que nos cœurs se serrent plus encore, ne pas laisser la haine gagner. Résister à ce que la folie meurtrière aveugle atteigne nos âmes. Ne pas autoriser le mal à entrer en nous, tel un venin sans antidote. Mais, jusque dans notre douleur, cultiver la bienveillance les uns envers les autres, soutenir la liberté, et nous ancrer, contre vents et marées de violence et de désolation, dans l’espérance pour ce monde qui est le nôtre et celui de notre Dieu.

Je repense à cette citation attribuée – sans doute à tort mais qu’importe – à Martin Luther, le père de la Réforme : « Si l’on m’apprenait que la fin du monde était pour demain, je voudrais quand même planter aujourd’hui mon pommier »...

Ne pas renoncer à planter quelques graines, à agir en faveur de ce qui fait vivre. Comme planter un pommier. Bâtir des projets, tisser et retisser des liens. Respecter. Aimer. Se battre pour les droits élémentaires de tous et de chacun. Oui, planter un pommier demande plus de courage que tous ces actes immondes et criminels de ces hommes sans foi ni loi qui ne savent que tuer et détruire.

Nos pommiers finiront par l’emporter. Malgré toutes nos larmes et nos tremblements, tenons nos cœurs en éveil, qu’ils ne s’enfoncent pas dans les ténèbres. Et laissons monter nos pauvres supplications vers le Dieu dont la seule force est d’aimer, pour les familles, les amis, les proches, qui ce soir, ont vu leur vie voler en éclats, leurs cœurs se briser. Sans raison aucune.

Soeur Véronique Margron, op
présidente de la Conférence des religieuses et religieux en France.

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Commentaires

SEIGNEUR, ELOIGNE de moi la haine et la violence et seme en moi TON AMOUR pourle partager

Écrit par : hoda | 20 août 2017

Les commentaires sont fermés.