26 juillet 2017

Habite-moi, Seigneur Jésus

170719.jpg

Seigneur Jésus, au cours de ta vie terrestre,
tu as été le visage de la tendresse de Dieu.
Maintenant que tu t’es rendu invisible,
c’est à nous, tes disciples,
de montrer ton visage de lumière.
A l’heure où tu m’envoies vers les malades,
habite-moi, Seigneur Jésus,
Efface-moi en toi :
Rends-moi transparent à ta présence
et apprends-moi à être le sourire de ta bonté ;
Car à travers moi,
c’est toi qu’au fond d’eux-mêmes
Ils peuvent rencontrer.
Aide-moi à oser leur tenir la main.
Alors, je serai pour eux
un chemin qui conduit vers toi.

Une Petite Sœur des Pauvres

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Publié dans Prière | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

SEIGNEUR renouvelle-moi et ACCOMPAGENE-moi

Écrit par : hoda | 26 juillet 2017

" Ouvrir quand tu frappes à ma porte "

Apprécions les visites de Jésus dans nos vies !
Que nous soyons toujours des marcheurs de Dieu,
des chercheurs du Seigneur , en tenue de service !
La visite de Dieu se vit surtout dans notre monde
parmi les petits qui sont une parcelle de Dieu.

Comme les disciples d' Emmaüs , prenons la route .
Le Seigneur est à nos côtés .

Ecoutons ce texte de méditation

Les invités de Conrad
- TOLSTOÏ-

Il y avait jadis dans une bourgade de Russie, un coordonnier qui s' appelait Conrad .
C' était un homme de Dieu. Une nuit , il rêva que le Christ viendrait le lendemain dans son échoppe .

Il se leva plus tôt , ce matin- là , et s' en fut dans la forêt couper des rameaux verts pour décorer sa boutique .
Il attendit toute la matinée, mais son seul visiteur fut un vieil homme qui demanda à pouvoir se reposer .

Conrad le fit entrer et remarquant ses souliers usés lui dit : " je vous donnerai une autre paire" .
Et il passa au vieillard une belle paire de souliers neufs .

Il patienta tout l' après- midi ,mais ne reçut qu' une pauvresse, qui ployait sous une lourde charge de fagots .
La femme était très fatiguée. Conrad en eut pitié , la fit entrer et lui servit le repas qu' il avait préparé pour le Seigneur.
Elle mangea , puis réconfortée, se remit en route .

Tandis que les ombres de la nuit commençaient à descendre, voici qu ' un enfnt perdu , tout en larmes, vint supplier le coordonnier
de le ramener chez lui, de l' autre côté du bourg." J' attends quelqu' un , lui dit le coordonnier , mais je vais tout de même t' accompagner
rapidement ." A son retour , Conrad était persuadé qu' il avait manqué le Seigneur .

Il imaginait la scène qu' il avait espéré vivre : le coup à la porte , le verrou tiré, le visage illuminé, la coupe offerte.
Il aurait baisé les mains à la place des clous. Le Seigneur se serait assis et aurait rompu le pain avec lui come avec les disciples d' Emmaüs.

Soudain , Conrad attristé s' exclama: " Pourquoi Seigneur, n' es - tu pas venu ? As- tu oublié que c' était aujourd'hui ?

Alors , doucement dans le silence, il entendit une voix :

" Ne sois pas triste , j' ai tenu parole. Trois fois je suis venu frapper à ta porte amicale. J' étais le mendiant aux pieds meurtris,
cette femme à qui tu as donné à manger,et l' enfant perdu que tu as ramené chez lui . Ne m' as- tu pas reconnu ?"

- TOLSTOÏ _

Écrit par : Myriam de Terwangne | 26 juillet 2017

Les commentaires sont fermés.