21 juillet 2017

Aimer comme tu aimes

... Joyeuse Fête nationale !

170719.jpg

Je veux t'aimer, Seigneur, pour rien.
Je veux surtout que, dans ma vie,
la prière soit le refuge
de la liberté et du gratuit.

Perdre mon temps,
ce temps si précieux, pour toi.
Le donner largement,
en pure perte, sans calcul.

Mon oraison est bien distraite,
elle n'est pas une fleur de qualité,
mais c'est la seule pâquerette
que j'ai trouvée sur ma pelouse.

Je ne cherche pas la gloire d'être un homme de prière;
seulement la joie de t'aimer, comme je peux, pauvrement.
J'ai passé des semaines et des mois arides comme un désert :
pas de fleurs à l'horizon, pas beaucoup de temps pour prier.

Mais ce désert, je l'ai traversé parce que je t'aime un peu.
Et cette traversée vaut peut-être
un perce-neige dans mon bouquet.

Il faudra encore beaucoup de patience,
de longues heures devant toi et bien des services humbles,
bien des déserts aussi, pour atteindre la gratuité.

Je te la demande, Seigneur.
Je n'ai rien pour la payer.
Mais comment paierait-on une telle richesse ?

une prière de Michel Serin

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

et en ce "belge" jour"...  
99 raisons pour lesquelles la Belgique est autrement phénoménale.
(Parce que 100, ce serait un peu exagéré)

Publié dans Prière | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Voici un beau récit : Le Diamant rayé

Le diamant rayé.

Un Prince possédait une pierre précieuse magnifique dont il était fier à l'extrême. Un jour, par accident, ce joyau fut profondément rayé. Le Prince convoque alors les spécialistes les plus habiles pour remettre en état la pierre précieuse. Malgré tous leurs efforts, ils ne peuvent pas effacer la rayure (et l'on sait combien on peut être attaché à une pierre précieuse). Mais un jour, arrive dans le pays un tailleur de pierres précieuses d'un génie inégalé. Avec douceur, ténacité, art et patience, il prend la pierre et taille le diamant en forme de rose. Il est assez habile pour utiliser la rayure, l'égratignure, afin d'en faire la tige même de la rose de telle sorte que la pierre précieuse apparut, après la reprise, infiniment plus belle, plus magnifique qu'elle ne l'était auparavant.

Enseignement du Père Charles Trévêt :

Dans la pierre précieuse, nous pouvons nous reconnaître nous, blessés par un événement, cabossés par des choses très difficiles à vivre .
Le tailleur de pierres, c'est Jésus.
Le Prince, c'est Le Père.
La cassure, la rayure, l'égratignure qui normalement dévalorisait tout, ce sont nos faiblesses, nos blessures, nos péchés, notre passé -celui dont on n'est pas très fier, qui est lourd à porter -.
La rose, c'est l'existence nouvelle, infiniment plus belle après la Rencontre avec Jésus qu'avant. C'est la manière dont désormais Dieu nous voit, nous recrée, nous porte, nous aime.

A nos yeux, une rayure est une rayure, une blessure est une blessure, une égratignure est une égratignure. Cela fait mal et c'est tout. Il y faut autre chose : une main de tendresse, de respect, de bonté. Il y faut la main, le regard de Jésus, un amour venu d'ailleurs, le regard du Tailleur de pierres précieuses.

Écrit par : Myriam de Terwangne | 21 juillet 2017

Correction :

Suite à l' histoire du diamant rayé que je viens d' envoyer , l' enseignement est du Père PIERRE TREVET , et non du Père Charles Trévêt .

Bonne journée

Écrit par : Myriam de Terwangne | 21 juillet 2017

Les commentaires sont fermés.