06 octobre 2016

Le métier d’homme

20161005.jpg

L’art de tenir debout, de maintenir le cap suppose précisément un horizon plus heureux vers lequel se diriger.

Ce qui mine cette progression, ce n’est pas la souffrance, ni l’échec, mais le désespoir.

Cesser d’espérer, c’est s’avouer vaincu sans même relever le défi, c’est rendre vain chacun de nos efforts.

La formation de la personnalité exige, comme singulier point de départ, un dépouillement radical : se (re) connaître vulnérables, perfectible, prendre conscience d’évoluer en terres incertaines, essayer de savoir pourquoi l’on combat… joyeusement.

Alexandre Jollien
(Le métier d’Homme - Edt: Point)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Commentaires

SEIGNEUR fortifie -nous dans notre faiblesse TU es notre APPUI, notre esperance et notre joie

Écrit par : hoda | 06 octobre 2016

Les commentaires sont fermés.