27 octobre 2013

La bonne mesure

 2013.png

« La mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous »

Pour chaque maladie, il existe plusieurs médicaments et traitements.

Mais tant qu'une main douce prompte à servir et un cœur généreux prompt à chérir ne s'offrent pas, je ne crois pas que l'on puisse jamais guérir de cette maladie terrible qu'est le manque d'amour.

Aucun d'entre nous n’a le droit de condamner qui que ce soit. Et cela, même lorsque nous voyons des gens sombrer, sans comprendre pourquoi. Jésus ne nous invite-t-il pas à ne pas juger? Peut-être que nous avons participé à rendre ces gens tels qu’ils sont. Nous devons comprendre qu'ils sont nos frères et nos sœurs. Ce lépreux, cet ivrogne, ce malade sont nos frères parce qu’eux aussi ont été créés pour un plus grand amour. Nous ne devrions jamais l'oublier. Jésus Christ lui-même s'identifie à eux lorsqu'il dit: « Ce que vous avez fait aux plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait » (Mt 25,40). Et peut-être que ces gens-là se retrouvent à la rue, dépourvus de tout amour et de tout soin, parce que nous leur avons refusé notre sollicitude, notre affection.

Sois doux, infiniment doux à l'égard du pauvre qui souffre. Nous comprenons si peu ce qu'il traverse. Le plus difficile c'est de ne pas être accepté.

Mère Teresa

Voir la vidéo du jour


Commentaires

Nous devons demander pardon à Dieu des dommages que nous aurions causé aux autres volontairement ou non. Nous devons également pardonner à ceux qui nous auraient causé du tort dans notre passé, le pardon du Notre Père.
Seigneur je veux pardonner et être pardonné, prends pitié de moi pécheur que je suis depuis ma naissance.
Je me propose de me reprendre pour le reste de ma vie, et de prier pour mes frères. Je demande d'oublier les médisances et les calomnies racontées à mon sujet et sur les autres.
Viens Esprit Saint me libérer de mon passé.
Amen.

Écrit par : Normand Brien | 27 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.