17 janvier 2017

Confiance et partage

170116.jpg

J’ai grandi dans un village de Roumanie avec une vie très simple. J’ai beaucoup appris à propos de la confiance et du partage.

Nos portes sont toujours ouvertes et nos voisins peuvent venir à l’intérieur de notre maison comme chez eux ; s’ils ont besoin de sel ou d’huile par exemple et que nous sommes absents, ils peuvent se servir sans nous demander. Tout tourne autour de la confiance, du partage et de l’aide mutuelle. Nous coopérons aussi beaucoup. Dans l’agriculture, chacun aide son voisin à tour de rôle afin de terminer le travail plus rapidement.

Je crois que c’est cela la solidarité ; la confiance, la coopération, l’amour et être là pour les autres.

Tout cela je l’ai appris où j’ai vécu et j’en suis reconnaissante car j’ai découvert ces valeurs qui sont celles des gens simples et humbles.

Maria (de Taizé)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

 

 

Publié dans Général | Commentaires (0) |  Facebook | |  Imprimer | |

16 janvier 2017

A l'écoute

1701142.jpg

Se mettre à l'écoute de quelqu'un,
C'est d'abord repousser tout ce qui rend l'oreille distraite,
Faire taire les tumultes intérieurs…
Éloigner les interférences qui dispersent l'attention
Et parasitent la parole que l'autre m'adresse.
C'est faire le silence. Comme pour dire :
"Voici ! Maintenant, il n'y a plus que toi.
Il n'y a plus d'autre son que la musique de ta parole. "

Se mettre à l'écoute de quelqu'un,
C'est s'arrêter,
Enfin rester en place,
Stopper le tournis et l'agitation,
Comme pour dire :
"Voici ! Maintenant, c'est toi le centre !. "

Se mettre à l'écoute de quelqu'un,
C'est se détourner de soi
Et se tourner vers l'autre.
Arriver au face à face
Comme pour dire : "Me voici !
Il n' y a plus d'autre intérêt pour moi !
Maintenant, je suis prêt à percevoir
Jusqu'au murmure de ta parole. "

Écouter quelqu'un,
C'est se mettre en position d'attente.
Accueillir celui qui est là devant soi ;
L'accueillir avec son sac débordant
Du linge plus ou moins sale de sa vie.
C'est accepter qu'il entre chez moi,
Qu'il franchisse même les portes les plus secrètes.

C'est recevoir l'autre , ses rêves et ses désirs.
C'est prévoir qu'il dérange les étagères
Si rigoureusement rangées de mon existence.
C'est lui donner la place.
C'est lui présenter les clés de la maison comme pour dire :
"Ta présence met tout à l'envers ;
J'en prends le risque. Je t'écoute… "

Charles Singer

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Publié dans Général | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |

15 janvier 2017

Ceci est ma prière

1701143.jpg

Ceci est ma prière, vers Toi, Seigneur.
Frappe, frappe à la racine malade de mon cœur.

Donne-moi la force de supporter légèrement
Mes chagrins et mes joies.

Donne-moi la force de rendre mon amour
Abondant en services.

Donne-moi la force de ne jamais désavouer le pauvre,
Ni de plier le genou devant le pouvoir insolent.

Donne-moi la force d'élever mon esprit
Loin au-dessus des fatalités quotidiennes.

Donne-moi la force de soumettre ma force
A ta volonté, avec Amour.

Rabindranath Tagore.

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Publié dans Prière | Commentaires (2) |  Facebook | |  Imprimer | |

14 janvier 2017

Les plus pauvres sont nos maîtres

1701104.jpg


Les plus humbles et les marginaux m'ont enseigné l'espérance.
J'ai souvent été en admiration devant leur persévérance :
ils encaissent des coups et malgré tout tiennent bon,
et continuent à avoir des projets.

Ils son très sensibles à l'expérience de la croix du Christ :
ils traversent des épreuves, sont disqualifiés,
mais la misère n'a pas le dernier mot dans leur vie.

Dans l'Eglise, "le pauvre est notre maître" disait saint Vincent de Paul.
Quand le Christ proclame "Heureux les pauvres de cœur,
car le royaume des Cieux est à eux" (Mt 5,3),
il indique que nous ne devons pas nous installer en hommes satisfaits.

Heureux sommes-nous si nous sommes humbles,
car nous reconnaissons alors
que nous sommes plus "éclopés" que "en règle",
et que nous devons toujours nous mettre en route pour chercher la sainteté.

La richesse nous renferme et nous mène à la peur de manquer.
A l'école des plus humbles, nous découvrons nos propres fragilités ;
ainsi, nous ne nous suffisons pas à nous-mêmes
mais avons besoin des autres et de Dieu.
Or, apprendre à recevoir est plus dur qu'apprendre à donner.
Enfin, en contemplant nos limites, nous comprenons la patience de Dieu,
qui ne se lasse pas de croire en nous.

Dans l'Eglise, nous devons nous convertir
en quittant la posture consistant à faire des choses "pour" les personnes,
mais apprendre à œuvrer "avec" elles, à partir d'elles et de leurs talents.
Cessons de réduire autrui à un objet de compassion,
reconnaissons-le "sujet de la foi".

Un jour, une dame africaine qui était en demande d'asile politique,
est venue à l'accueil ; sans réfléchir, on lui a parlé de la banque alimentaire.
Elle est partie en pleurs : ce qu'elle voulait, elle,
c'était offrir de son temps pour la chorale et la catéchèse...

Gilles Rebêche

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

13 janvier 2017

FLOCONS D’ÉVANGILE

 170112.jpg

Blanc morceaux de cristal que secoue la brise,
Un manteau de neige déposé sur les champs,
Les enfants s’amusent et le froid les grise,
Ils s’emplissent du vent qui essouffle son chant.

Calme tempête venue brouiller l’horizon,
Nos haleines pâles ne vivent qu’un instant ;
Les tourbillons blancs nous amusent à foison.
Quelle joie que la neige ! Ah ! J’aime ce temps.

Sans écraser ceux sur lesquels ils reposent,
Les flocons que le vent tendrement dépose
Forment une communauté fraternelle.

Tous ces êtres de givre et non d’argile
Resplendissent la pureté éternelle.
Voyez, la neige a compris l’Évangile.

Frédéric Lavoie : Revue « Le Messager de St Antoine »
Quebec, Janv-fév. 2008

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Publié dans Poésie | Commentaires (1) |  Facebook | |  Imprimer | |